La vitamine D au secours des diabétiques

PhotoImage parsilviarita de Pixabay – Un article de Gilles Corjon – Au-delà de son rôle bien documenté dans le métabolisme phosphocalcique, la vitamine D que certains auteurs considèrent comme une neuro-hormone doit être envisagée comme un précieux agent de santé générale. Ainsi, de nombreuses études épidémiologiques suggèrent qu’un déficit en vitamine D pourrait constituer un facteur de risque de diabète aussi bien de type 1 que de type 2.

Une étude réalisée par l’équipe du Pr Esther Krug de L’Université John Hopkins de Baltimore a montré que 90% des diabétiques de type 2 ont un faible niveau de vitamine D et que plus la carence était importante, plus la glycémie était incontrôlée.

Les liens entre carence en vitamine D et tolérance abaissée au glucose pourraient s’expliquer de plusieurs manières :

la vitamine D est une hormone essentielle pour le fonctionnement normal des cellules bêta du pancréas. Des récepteurs de la forme biologiquement active de la vitamine D ( 1,25 (OH)2 D 3) ont été découverts dans les cellules bêta et des cellules immunitaires du pancréas.

la vitamine D améliore la sensibilité à l’insuline des récepteurs des cellules cibles au niveau du foie, des muscles et des tissus adipeux.

la vitamine D protégerait les cellules bêta des attaques immunitaires néfastes en modulant l’activité de plusieurs cellules immunitaires comme les macrophages, les cellules dendritiques et certains lymphocytes T. On sait qu’il existe un lien entre la carence en vitamine D et l’augmentation du risque d’autres maladies auto-immunes.

– les effets bénéfiques indirects de la vitamine D à la fois sur le diabète de type 1 et de type 2 pourraient être dus à son rôle dans la régulation de la calcémie extracellulaire et du flux calcique à travers les cellules bêta du pancréas.

Cependant, même si la prévention de la carence en vitamine D semble indispensable, une prise inconsidérée de suppléments de vitamine D n’apporte pas que des bénéfices : les chercheurs de l’Université John Hopkins soulignent que la modération est de mise puisque des niveaux trop élevés de vitamine D sont associés à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires.

Au-delà de 21 nano grammes/ml de sang , toute augmentation supplémentaire de vitamine D semble associée à une élévation des concentrations de protéine C réactive, un facteur associé à l’inflammation chronique.

Gilles Corjon
Dr en pharmacie, herboriste

BIBLIOGRAPHIE :

Pittas AG, Lau J, Hu FB, Dawson-Hughes B. The role of vitamin D and calcium in type 2 diabetes. A systematic review and meta-analysis. J Clin Endocrinol Metab. 2007 Jun;92(6):2017-29.
The Endocrine Society (2010, June 21). Poor control of diabetes may be linked to low vitamin D. ScienceDaily. Retrieved July 28, 2010, from http://www.sciencedaily.com /releases/2010/06/100621091209.htm
Zipitis CS, Akobeng AK. Vitamin D supplementation in early childhood and risk of type 1 diabetes: a systematic review and meta-analysis. Arch Dis Child. 2008 Jun;93(6):512-7.

risus. quis, id ut non at venenatis adipiscing odio libero