Homéopathie pour enfants

tableau-personnalisable-salomePhoto site decoBB (tableaux pour enfants) – Les écrits ci-dessous n’invitent aucunement à faire de l’automédication. Les remèdes à utiliser, par les lois de similitude, peuvent être salvateurs avant l’intervention du médecin. Ils ne dispensent nullement d’une consultation qui seule, va poser un vrai diagnostic…

Les enfants sont très réactifs à l’homéopathie, surtout les nourrissons. Peut-on vraiment penser à l’effet placebo alors même, qu’à cette période de vie, rien ne peut porter à croire à l’efficacité de telle ou telle médication ?

Voici quelques remèdes particulièrement adaptés à l’enfance et l’adolescence et que toute famille peut avoir dans une trousse d’homéopathie.

Aconit : remède de première intervention en cas de forte fièvre avec rougeur, congestion, inflammation aiguë et absence totale de transpiration. C’est le remède d’un coup de froid qui s’installe brutalement avec une violence énorme, mais cela peut être aussi un coup de chaleur comme un début d’insolation.
L’enfant est angoissé avec peur de la mort. C’est en fait le stade premier de toute affection virale ou bactérienne.

Antimonium crudum : glouton, bien en chair, ne supporte pas le regard. Remède d’excès alimentaires et de verrues cornées et dures comme celles qu’on nomme plantaires.

Belladona : remède qu’on donne volontiers aux enfants en cas d’affections fébriles aiguës, fièvre élevée 40°, rougeur intense mais à la différence d’aconit, transpiration chaude surtout sur le visage.
Toutes les maladies infectieuses de l’enfant ainsi que les maladies éruptives peuvent trouver leur indication dans ce remède. Par exemple : angine, rhino-pharyngite, laryngite, poussée dentaire.

Baryta carbonica : Retard de développement physique, mental et émotionnel

Calcarea carbonica : C’est un bébé Cadum, tête ronde et gros ventre, fontanelles en retard de fermeture. Il est rachitique. Il a un retard de croissance. C’est le remède prescrit en cas d’eczéma du nourrisson.

Chamomilla : Enfant hargneux, douillet, intolérant à la douleur, aimant être porté dans les bras. Est prescrit en cas de douleur liée à des poussées dentaires et chaque fois que les douleurs prennent de grandes proportions.

Cina : Enfant vermineux, irritable, indifférent aux caresses. Il refuse d’être porté, grince des dents. On le prescrit en cas d’oxyures.

Ferrum phosphoricum : Enfant présentant une affection fébrile avec fièvre modérée 38°, otites, bronchites, congestions pulmonaires. On le donne aussi pour les saignements de nez.

Lycopodium : Enfant orgueilleux, volontaire, brillant sur le plan intellectuel, mais manquant totalement de confiance en lui. C’est un enfant qui présente des troubles digestifs avec ballonnements importants du ventre. Il est de mauvaise humeur au réveil, paraît plus vieux que son âge et parfois son visage est jaunâtre. Pourtant, ses yeux ont une très grande vivacité et dénotent une intelligence qui contraste avec son aspect physique qui n’inspire pas un bon équilibre. Troubles hépatiques certains.

Medorrhinum : Nourrisson à fesses rouge, instabilité caractérielle, catarrhes chroniques, asthme.

Natrum muriaticum : enfant peu expansif, sauvage, nerveux en bordure de mer, faible sur le plan musculaire, maigre de la partie supérieure du corps, présentant souvent un herpès labial. Tendance à l’anémie et à la déminéralisation. Maigre, tout en mangeant bien, rumination mentale… Adolescent grand, maigre et dépressif avec difficulté psychique arquée et difficulté à fixer son attention.

Podophyllum : Diarrhées aqueuses et muqueuses abondantes avec extrême faiblesse. Sensation de vide dans l’abdomen. Prolapsus anal.

Pulsatilla : fille aux yeux bleus, timide et douce. Chez elle, tout est ralenti et, à l’adolescence, elle présentera des troubles endocriniens avec des règles en retard, peu abondantes et de l’aménorrhée.

hypofolliculinie : Catarrhe doux des muqueuses. C’est une pleurnicharde que la consolation améliore. C’est une adolescente qui présente des troubles de la circulation veineuse avec stase importante. Présente une grande variabilité de symptômes. Peut être prescrit en cas de rhume des foins, d’inflammation des glandes (parotides, seins, ovaires), de syndrome de Raynaud. Caractère doux et amélioré par la consolation.

Silicea : Enfant à aspect déminéralisé ; sans énergie, mais très intelligent. Il est persuadé qu’il n’arrivera pas à faire son travail alors qu’en fait il réussit très bien. Il est hypersensible. Il présente des problèmes de santé s’installant de façon lente et chronique, avec une tendance à des phénomènes de suppurations ( peau, otites chroniques, abcès dentaires, bronchites chroniques, sinusites chroniques et tendance à la fistulisation). C’est un sujet qui peut avoir des anthrax et une tendance à la verminose.

Vaccinations : l’homéopathie permet de « réduire » les désagréments des vaccins. Les deux remèdes choisis seront thuya et silicea, pris en alternance quelques jours avant et quelques jours après … Demandez avis auprès d’un médecin homéopathe.
Tous les symptômes qui sont présents tournent à la chronicité et la durée.

Staphysagria : Enfant irritable qui se vexe pour un rien et qui ressent un besoin de frapper. Cependant, il est hypersensible aux bruits, aux odeurs, au toucher. Il a les dents cariées. C’est le médicament des chalazions et orgelets. C’est le remède du refoulement et beaucoup de ses pensées gravitent autour du sexe.
On peut le donner à la suite de vexation, de colère rentrée et d’excitation sexuelle avec intense besoin de se masturber de manière compulsive.

Sulfur : C’est un enfant rouge, sale, agité, querelleur et très imaginatif. La nuit, il est toujours découvert. Il s’enthousiasme pour un rien et il présente une abondance d’idées qui lui font reconstruire le monde selon ses propres théories. Il a des poussées congestives, des éruptions brûlantes prurigineuses que l’eau aggrave.
Il aime les aliments gras, a un sommeil de chat et souffre d’énurésie.
Il présente des alternances morbides comme l’asthme et l’eczéma mais aussi de la migraine et des hémorroïdes. Tous les orifices de son corps ont tendance à être « enflammés » rouge et présentent du mucus. C’est le remède qui permet l’expulsion de toutes les toxines.
Attention, il risque de réactiver les symptômes faisant croire qu’il y a aggravation mais, il n’en est rien. L’organisme va puiser en lui-même les moyens de se « nettoyer » pour mieux guérir.

Roland Reymondier
Conseiller en produits de nutrition

ante. pulvinar leo non Nullam Donec