-BIEN ÊTRE Actualités Alimentation anti-inflammatoire Bien vieillir Défenses naturelles Dépression Douleurs Fatigue Fiche santé pratique Grippe Immunité Maladie de Lyme Maladies chroniques Paroles d'experts Prévention Recettes de santé Régimes anti-inflammatoires Seniors Stress Système immunitaire Thèmes

Douleurs, angoisse, fibromyalgie, fatigue chronique : soignez votre nerf vague.

Le Dr David Hanscom, un chirurgien orthopédiste  a renoncé à sa pratique afin de se concentrer sur l’éducation des autres pour ne plus souffrir de douleurs sans recours à la chirurgie. Plus récemment, après avoir survécu au COVID-19, il s’est concentré sur la prévention et sur la survie au virus qui nous effraie tant.

Nous savons depuis un certain temps maintenant qu’avec un régime, de l’exercice et d’autres interventions, vous pouvez réduire radicalement votre risque face au COVID-19. L’objectif de la prévention du COVID-19 de Hanscom est de renforcer la fonction immunitaire grâce à la réduction du stress et de l’anxiété. Il a des recommandations très spécifiques et précises sur la façon d’y parvenir.

Comme l’explique le Dr David Hanscom, la douleur est en grande partie un symptôme de stress et d’anxiété qui, à leur tour, sont davantage fondés sur l’inflammation que sur des facteurs psychologiques.

« Vous devez vous sentir en sécurité. Lorsque vous vous sentez en sécurité, un changement profond survient dans la chimie de votre corps. Vous passez de l’adrénaline, du cortisol, de l’histamine et des cytokines inflammatoires à l’hormone de croissance, la dopamine, la sérotonine et le GABA (toutes ces hormones et tous ces [composés] anti-inflammatoires incroyables). Donc, un changement profond survient dans la chimie du corps et la douleur des individus disparaît. Ils ne gèrent pas seulement la douleur. La douleur disparaît. »

Cytokines, anxiété, douleur et fonction immunitaire faible

Les cytokines sont de petites protéines qui servent à réguler différents tissus. Il existe des cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires. Les cytokines ont une pertinence spécifique face au COVID-19, car elles modulent votre système immunitaire et sa fonctionnalité.

En abaissant ou en supprimant le stress et l’anxiété, vous réduisez le taux de cytokines inflammatoires, permettant ainsi à votre système immunitaire de mieux fonctionner. Le Dr David Hanscom a développé un groupe de travail qui se réunit une fois par semaine pour discuter et partager des informations.

Les autres membres du groupe sont Stephen Porges, Ph.D., un neuroscientifique comportemental qui a développé Polyvagal 30, et le Dr David Clawson, un pédiatre qui connaît très bien les cytokines.

« Les cytokines sont partout. Chaque cellule du corps contient des cytokines. C’est avec elles qu’elles communiquent. Il s’avère que les cellules gliales de votre cerveau, qui relient les tissus du cerveau, diffusent des cytokines. Il en va de même pour les cellules endothéliales, le revêtement des vaisseaux sanguins.

Quand vous ressentez une menace (les chirurgiens pensent en termes de tension musculaire, de transpiration et de fréquence cardiaque), c’est pour nous une réponse à une menace, par opposition à la sécurité qui vous permet de vous détendre et de vous régénérer. Ce que je n’ai pas réalisé, c’est que la menace enflamme le système immunitaire et que la « menace » correspond à toutes sortes de choses. Ce sont des virus, des bactéries, des cellules cancéreuses, un tyran, un patron difficile, mais aussi vos pensées, vos émotions et notamment celles qui sont refoulées.

La neuroscience nous a montré que ces pensées et émotions sont traitées dans le cerveau de la même manière qu’une menace physique. Selon le Dr David Clawson, il s’avère qu’avec chaque maladie dégénérative, c’est la même chose. En d’autres termes, nous savons que les maladies cardiaques, les maladies vasculaires critiques, le diabète de l’adulte, l’obésité, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer ne sont que des exemples de troubles inflammatoires. Tout est une question d’inflammation. »

Le nerf vague

Comme l’explique le Dr David Hanscom, votre nerf vague, le 10e nerf crânien qui constitue la partie principale de votre système nerveux parasympathique, agit comme un frein sur votre système nerveux sympathique. Votre système nerveux sympathique est activé en réponse aux menaces, tandis que votre système nerveux parasympathique est activé par la réponse de relaxation.

Laissons la parole au docteur Hanscom:

« Le nerf vague voit arriver toutes ces informations et décide quoi faire de votre corps. Il y a un effet direct sur le métabolisme, le système endocrinien, votre glycémie, les cytokines. Sous la menace, le frein parasympathique lâche… Le nerf vague est constitué de deux parties. La partie ventrale est reliée aux muscles du visage et du cou. Elle permet aux humains de se socialiser. Cela s’appelle la co-régulation.

Nous sommes une espèce compétitive par instinct. Nous voulons rester en vie. Quand je m’approche de vous, je regarde vos expressions faciales. Vous regardez les miennes et nous faisons ce que l’on appelle la co-régulation qui apaise le système nerveux autonome. Le problème avec le COVID-19 est que nous posons des masques dessus. Nous ne pouvons pas voir le visage d’autrui et nous sommes socialement isolés. Comme le souligne Stephen Porges, cela dérégule le système nerveux autonome.

Quand j’ai eu ma crise de panique, j’avais un système nerveux autonome dérégulé et il y avait cette énorme charge sympathique de cytokines inflammatoires. On peut se demander si ma crise de panique était une tempête de cytokines. Cependant, lorsqu’elle survint, je ne pouvais plus la contrôler.

Encore une fois, c’est 20 millions d’octets d’information par seconde, contre 40. Le nerf vague est au centre de tout cela. Ce qui m’interpelle, c’est que nous considérons le stress comme une construction psychologique, et ce n’est pas le cas. N’oubliez pas que la gestion du stress est un terme impropre, car le stress le plus stressant est celui que vous ne pouvez pas gérer. C’est un stress chronique.

Ce qui se passe, c’est que lorsque vous êtes exposé à une menace chronique, votre système immunitaire est enflammé. Ensuite, les personnes s’isolent socialement, ce qui stimule encore plus le système immunitaire. Vous ne pouvez pas co-réguler, vous êtes isolé socialement, votre conduction nerveuse double, vous ressentez davantage la douleur, et lorsque cette réponse autonome est maintenue, plus de 30 symptômes physiques surviennent.

J’en ai eu 17 en même temps. J’avais des migraines, des bourdonnements dans mes oreilles, des éruptions cutanées, des problèmes d’estomac, des maux de dos, des douleurs au cou, des brûlures dans mes pieds, ça continuait encore et encore. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Encore une fois, la sensation correspond à l’anxiété, qui n’est pas psychologique, c’est physiologique.

Le stress n’est pas le problème. C’est cette réponse physiologique à la menace. Et la façon dont vous apaisez l’anxiété consiste simplement à atténuer la chimie du corps. C’est ce que j’ai appris, un peu par accident, puis Stephen Porges a comblé les lacunes…

Quand je pratique la pleine conscience, je réduis directement les cytokines. Ce n’est pas psychologique, cela a un véritable effet sur mon corps. La même chose se produit avec le régime. Lorsque vous pouvez associer des choses comme l’alimentation, la relaxation et l’apaisement du système nerveux à vos cytokines inflammatoires, cela fait une grande différence. C’est une longue réponse à une question simple sur le lien entre ces réponses et la chimie de votre corps. »

Pour en savoir plus voici notre nouvelle vidéo :

Roland Reymondier

PS: pensez à vous abonner à notre chaîne YouTube Acteur-Nature

Notre séléction de produits

Gouttes de Morphée-NATESIS-Dormir naturellement Découvrir
Neurozen NATUREGE-Stress-Angoisse Découvrir
Stabilium YALACTA-Equilibre émotionnel Découvrir
amet, leo id non sit id libero vel, diam