Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

La myrtille, le fruit magique de l’été

medium_myrtillePhoto Blog 50 Notre Temps – Tout d’abord, savez-vous que la myrtille est un puissant antiseptique de saison.
Depuis des générations en Suède les médecins utilisent la soupe de myrtilles séchées pour traiter les diarrhées de l’enfant. Il est indéniable que les myrtilles contiennent en très haute concentration des corps chimiques ayant la propriété de détruire bactéries et virus.

Des chercheurs canadiens ont prouvé qu’en 24 heures les myrtilles broyées, même diluées dans dix fois leur quantité d’eau, pouvaient détruire à presque 100 pour 100 les poliovirus. Ce sont les tanins de ces fruits qui donnent ces propriétés antimicrobiennes. L’escherichia coli que l’on trouve souvent associée aux diarrhées infectieuses ne résiste pas à la présence de la myrtille dans l’intestin.

Une protection des vaisseaux des yeux et du cerveau.

Une étude menée conjointement par une équipe de scientifiques de l’Université de Paris et une équipe de la faculté de Semmelweis de Budapest a montré que si on injecte des « anthocyanosides » à des lapins soumis à un régime riche en cholestérol, ces corps chimiques contenus dans la myrtille combattent les effets pathologiques engendrés pas le trop de cholestérol. Les expérimentateurs ont émis l’hypothèse suivant laquelle les anthocyanosides empêchent le cholestérol d’envahir la tunique vasculaire, principalement au niveau cérébral. Cela a comme conséquence d’amoindrir la maladie. il se pourrait bien que les anthocyanosides contenus dans les myrtilles interagissent avec le collagène, tant dans les gros vaisseaux que dans les petits, pour consolider les parois qui feraient alors obstacle au passage du cholestérol.

Comme de nombreux petits fruits, la myrtille a été utilisée pour traiter les problèmes circulatoires. L’emploi de cette baie dans les maladies oculaires comme le glaucome ou la cataracte, s’est maintenu jusqu’à nos jours.

Lorsqu’ils s’installèrent en Amérique du Nord, les premiers colons y découvrirent une plante proche de la myrtille, le bleuet. Celui-ci était communément consommé par les Indiens d’Amérique qui l’utilisaient dans leur pharmacopée traditionnelle.

Elle améliore considérablement la vue

La myrtille participe dans la régénération de la rhodopsine qui permet au pourpre rétinien d’augmenter l’acuité visuelle en protégeant les tissus de l’oeil de l’agression de la lumière du soleil et du scintillement des ordinateurs.

Cependant, sa propriété essentielle est l’amélioration de la vision nocturne.

La myrtille est championne toutes catégories en antioxydants. Elle se classe première parmi une cinquantaine de fruits.

Les feuilles de myrtille luttent contre le diabète

Les feuilles de myrtille renferment des tanins, des flavonoïdes et un très bon hypoglycémiant ( qui fait diminuer le sucre sanguin) en cas de diabète. Les feuilles ont aussi des caractéristiques médicinales qui s’apparentent à celles de la bruyère. On les utilise en décoction dans les maux d’estomac, les inflammations de l’intestin, la dysenterie, contre la cystite et les complications rénales ou urinaires.

Un duo super gagnant pour toutes les infections intestinales et urinaires:

baies de myrtille et baies de canneberge voir : site passeport santé

 

Acteur-Nature

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 19 juillet 2015

Praesent id dictum accumsan massa dolor. libero tempus id