Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Enzymes et bonne santé !

Photo site Cfaitmaison – Une bonne santé se mesure à notre capital enzymatique. Ajouter des enzymes dans notre assiette: voilà ce qu’il faut faire ! Directement ou indirectement, nous pouvons constater l’importance de la préservation et de l’utilisation harmonieuse de notre capital enzymatique pour notre santé et notre vitalité.

Il se trouve qu’avec les années qui passent notre capital enzymatique s’amenuise considérablement.

Moins d’enzymes cellulaires = plus de maladies

L’importance de la préservation de notre capital enzymatique et de la Loi d’Adaptation de la Sécrétion devient plus évidente quand on se rend compte à quel point la quantité d’enzymes est liée à l’âge et à la maladie.

Comme exemple:

  • Le Dr Meyer et ses associés du Michael Reese Hospital à Chicago ont découvert que la quantité d’amylase contenue dans la salive d’un jeune adulte était 30 fois plus importante que celle d’une personne de 69 ans.
  • Le Dr Eckardt en Allemagne a mesuré 25 unités d’amylase dans l’urine des jeunes contre 14 chez les personnes âgées.
  • D’autres chercheurs ont découvert que la quantité de SOD présente chez une personne âgée de 80 ans était égale à 57% de celle présente chez le nouveau-né et à 61% de celle d’un enfant de 10 ans.
    Chez une personne de 40 ans, on arrivait à 84% comparé au nouveau-né et 87% comparé à l’enfant de 10 ans.
    Chez des personnes de 27 ans, on a trouvé deux fois plus de lipases que chez une personne de 77 ans.

Une quantité inférieure d’enzymes a aussi été remarquée chez les personnes souffrant d’une maladie chronique.

Sur 111 patients japonais souffrant de tuberculose, 82% avaient un capital enzymatique inférieur à la normale. Sur 40 patients souffrant d’hépatites, tous avaient un faible niveau d’amylase. 86% des diabétiques présentent un faible taux d’amylase.

Des chercheurs ont aussi découvert un faible taux de lipases chez des personnes souffrant d’obésité, d’artériosclérose et d’hypertension.

Le constat évident auprès des animaux domestiques

 

Chez les animaux, on constate le même type de diminution du taux d’enzymes en fonction de l’âge.
Des chercheurs ont trouvé un taux d’enzymes plus important chez les jeunes daphnies, doryphores, sauterelles, drosophiles, vers luisants et rats que chez leurs aînés.

Ces résultats peuvent être reliés aux recherches du Dr Kollath de l’Hôpital Karolinska de Stockholm, qui a découvert que lorsqu’il donnait à un animal une alimentation cuite et transformée identique à l’alimentation occidentale usuelle, ceux-ci semblaient d’abord en aussi bonne santé que les animaux nourris avec une alimentation vivante.

Arrivés à l’âge adulte, les animaux qui consommaient des aliments cuits et transformés commençaient alors à vieillir beaucoup plus rapidement. Ils développaient aussi des maladies dégénératives chroniques beaucoup plus tôt. Ces maladies ressemblaient en tout point à celles communément constatées chez les habitants des pays industrialisés occidentaux, comme l’arthrose, l’ostéoporose et la constipation…etc. Il a nommé l’état de santé de ces animaux « méso-santé », une sorte de demi-santé. Les autres animaux élevés avec de la nourriture vivante n’ont pas souffert de ce genre de problèmes.

La bonne nouvelle, c’est que la méso-santé de ces animaux a pu être inversée.

 

Cela n’a cependant pas pu être accompli en leur injectant des suppléments vitaminés ou minéraux à haute dose. La seule chose qui a fonctionné pour inverser le processus de vieillissement et pour ramener ces animaux à un état de santé normal a été de leur donner de la nourriture vivante.

Le docteur Kollath a appelé ces facteurs inconnus et sensibles à la chaleur présents dans les aliments vivants, les « auxones ».

Ce qu’il a appelé auxones étaient très probablement des enzymes.

Il y a beaucoup de facteurs qui renforcent la santé dans les aliments vivants, mais les enzymes sont parmi les plus significatifs.

Nous vous conseillons d’adopter une nourriture la plus vivante possible. On peut aussi rajouter des enzymes à notre ration quotidienne et un de nos Partenaires a mis au point un produit exceptionnel facile à prendre, le Veg’zym 31.

 

 

Acteur-Nature

 

 

 

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 31 octobre 2018

commodo libero consectetur Nullam risus justo felis dolor ultricies