Des algues unicellulaires à l’origine de la vie…

250px-Adolphe_Millot_alguesPhoto Wikipédia – A la suite d’un article sur l’algue klamath, quelques personnes se sont manifestées en demandant pourquoi utiliser spécifiquement la klamath plutôt que la spiruline ou la chlorella. C’est à cette question que nous répondrons mais avant, il faut faire un petit historique.

L’histoire commence il y a près de 4 milliards d’années. La surface des terres, les océans et l’atmosphère étaient prêts pour une grand étape : celle de la Vie.
Celle-ci a commencé sous forme d’une mince pellicule d’algues bleues-vertes s’étendant sur toute la surface de l’océan. L’atmosphère contenait peu d’oxygène et l’océan peu de sel, mais une intense activité de photosynthèse, qui allait se poursuivre pendant des milliards d’années fixant de grandes quantités de carbone et libérant dans l’atmosphère une quantité égale d’oxygène.

Arrêtons -nous un instant pour considérer cette merveille de la photosynthèse, mécanisme par lequel la végétation verte peut utiliser la lumière du soleil pour convertir l’acide carbonique et l’eau en hydrates de carbone et en oxygène.
Le secret de ce prodige c’est la molécule de chlorophylle qui a dû apparaître sur terre il y a 4 milliards d’années, car elle est partout présente, même dans les algues les plus primitives. Toute la vie dépend de la chlorophylle, de cette combinaison de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote qui contient en son cœur un atome de magnésium. La chlorophylle depuis la nuit des temps a accompli la tâche prodigieuse de pourvoir toute la vie en carbone, nécessaire pour la construction des corps et, en oxygène, nécessaire pour la respiration.

Spiruline, Chlorella, ou Klamath ?

Les micro-algues sont couramment appelées algues bleues du fait de leur couleur qui se conjugue entre bleu et vert, suivant les proportions de phycocyanine(pigment bleu) et de chlorophylle ( pigment vert). Ces micro-organismes sont à la fois simples et autonomes par leur capacité de photosynthèse. Actuellement, plus de 2000 espèces sont retrouvées de par le monde. On les rencontre dans le phytoplancton à la base de toute la vie de l’océan mais encore dans les lacs d’eau douce (c’est le cas de la spiruline et de la Klamath)

La première micro- algue alimentaire trouvée fut la spiruline

Traditionnellement utilisée comme aliment par les autochtones du lac Tchad, la spiruline a été introduite en Occident au cours des années 1970. C’est tout d’abord un aliment riche en protéines et vitamines. C’est une algue d’eau douce qui se cultive assez facilement et il en existe une trentaine de variétés comestibles. La production mondiale se situe à plusieurs milliers de tonnes par an.
On peut affirmer que la spiruline est un complément alimentaire de très bonne qualité surtout quand elle est produite dans de bonnes conditions.

La spiruline comble parfaitement les déficits en protéines surtout dans les pays où règne encore la famine. Elle convient bien aux végétariens, aux sportifs et ceux qui veulent combler une carence nutritionnelle. Riche en acide gamma linoléique, la spiruline convient en remplacement de l’huile d’onagre.

La deuxième micro-algue alimentaire rencontrée a été la chlorella

Cette micro-algue a été découverte à la fin du XIXème siècle par un biologiste hollandais : Beyerinck. Ainsi, sa très grande richesse en nutriments a soulevé un vif intérêt, par contre sa non digestibilité, du fait de sa membrane non dégradée par les enzymes digestives n’a pas permis son exploitation comme aliment. Ce sont les japonais qui, à la recherche de solutions alimentaires après guerre, se sont penchés sur cette micro-algue et ont trouvé diverses applications. Cependant, c’est la mise au point dans les années 1970 d’un procédé d’éclatement de sa membrane qui a permis un certain développement de la chlorella, bien qu’elle reste toujours peu digeste.

Signalons que la chlorella a acquis une solide réputation comme élément de détoxification surtout pour l’intoxication aux métaux lourds par rapport à sa membrane cellulaire et sa chlorophylle.

L’élément le plus précieux parmi les nutriments présents naturellement dans la chlorella est le facteur nommé CGF. Ce dernier agit à100% dans toutes les parties du corps favorisant ainsi la multiplication et régénération cellulaire, renforçant aussi toutes les fonctions des organes. De nombreuses expériences ont prouvé que cet élément est devenu un élément moteur à partir du moment où l’on a pu le rendre « assimilable » lors du procédé d’éclatement cellulaire.

Signalons aussi que la chlorella offre une grand concentration d’ ADN et d’ARN et que, dans bien des domaines, elle s’avère bien supérieure en principes actifs que la spiruline. On peut surement affirmer qu’elle se comporte comme une algue aux incontestables qualités de détoxication.

La troisième micro algue alimentaire, aux vertus phénoménales retrouvées, a été l’algue Klamath

Ce sont les Amérindiens de la tribu Modoc qui, vivant en Oregon, utilisaient l’algue Klamath. La connaissance par le monde occidental de cette algue commence par sa redécouverte grâce à un botaniste amateur, dans les années 1970. Au début des années 1980, elle a commencé sous forme de complément alimentaire aux Etats-Unis. Suite aux nombreux témoignages étonnants de certains utilisateurs relatant de réels bénéfices sur les maladies graves, des recherches scientifiques ont été faites notamment aux USA mais surtout à l’Université d’Urbino en Italie par le dr Stephano Scoglio

Voici ce qu’en dit le docteur Scoglio
« J’ai découvert l’algue Klamath en 1992 et depuis elle est au cœur de ma vie. En étant étudiant en Amérique du Nord, un concours de circonstances m’a conduit à consommer cette algue qui était encore peu connue. Dès les premiers jours, j’ai senti mon énergie, tant physique que psychique, atteindre un niveau que je n’avais pas connu auparavant. Je dormais moins et pourtant j’étais plus actif tout au long de la journée. J’ai amélioré mes performances physiques et mon endurance, ce que je constatais au cours de mes activités sportives. Je suis devenu moins irritable et globalement plus agréable. Aussi étonnant que cela puisse paraître, au bout de deux mois de prise régulière de l’algue AFA (klamath), j’ai arrêté de porter mes lunettes (j’étais myope) et ne les ai jamais réutilisées depuis !
Après cette expérience personnelle durant toutes ces dernières années, j’ai été attentif aux effets de l’algue klamath sur de nombreuses personnes. J’ai observé des choses auxquelles je ne m’attendais pas notamment dans des états de santé qui étaient jugés graves.
Ma passion pour cette algue n’a cessé de grandir. Je m’interrogeais sur le rôle qu’elle pourrait jouer dans cette période difficile de l’histoire de l’humanité. J’ai finalement consacré la vie à l’étude et à la promotion de cet extraordinaire aliment sauvage, que les anciens connaissaient en tant qu’aliment de guérison, et que nous, les modernes, ne faisons que redécouvrir.
A partir des années 2000, j’ai commencé à travailler à l’université d’Urbino, ma ville natale, dans le département des sciences biologiques afin de mieux connaître la composition et les propriétés de l’algue AFA du lac klamath. Pour aller plus loin dans cette démarche, j’ai créé un Centre de Recherche en Nutrithérapie affilié à l’Université. »

L’algue klamath ne peut être cultivée

L’algue du lac klamath a ceci de différent de la spiruline et de la chlorella, c’est qu’elle ne peut pas être issue d’une culture. Elle pousse et se reproduit naturellement dans un milieu parfaitement naturel. On estime que le lac produit quelque 500 à 1000 tonnes d’algues séchées, ce qui permet de répondre à la demande de nombreuses personnes dans le monde. Il y a en effet une quantité limitée d’algues par année, c’est pour cette raison que ce produit est particulièrement précieux.

Les précieuses propriétés de la klamath

• Elle accroît le potentiel d’action du système immunitaire. Elle est donc une solution idéale de prévention des infections. Dans de nombreux cas, son effet est bien supérieur à l’échinacée.

• Diverses études sur la phycocyanine ont montré une grande action anti-inflammatoire par la simple inhibition de COX2 et la modulation de certains médiateurs qu’on nomme prostaglandines et leucotriènes

• Elle possède un pouvoir antioxydant extraordinaire et surtout bien supérieur à celles des catéchines et de la quercétine qui sont des éléments référant.

• Des essais cliniques ont mis en évidence des améliorations notables chez des sujets souffrant de psoriasis et de fibromyalgie.

• Elle soutient le psychisme et l’activité mentale. Par sa haute teneur en PEA et les autres nutriments qui agissent favorablement sur le système nerveux, la klamath optimise la fonction mentale. La klamath permet de sortir de la dépression et va même considérablement améliorer l’état du cerveau atteint d’une maladie dégénérative.

• Elle stimule la capacité de régénération de l’organisme. Cette algue semble capable d’activer la migration de cellules souches qui sont là pour régénérer le corps dans son ensemble. Cela est d’autant plus précieux dans le processus de guérison d’affections graves.

Un simple regard sur la composition de la klamath pourra vous convaincre de ses bienfaits

• 65% de protéines de faible poids moléculaire donc facilement assimilables ( tous les acides aminés sont présents.

• Des lipides dont 45% d’acides gras polyinsaturés dont une priorité d’oméga 3

• Une large palette de polysaccharides, énormes facteurs biologiques de l’IMMUNITE.

• Toutes les vitamines sont représentées (particulièrement la B9 et la B12). Cela est d’autant plus appréciable pour les végétariens) mais, il y a une seule exception : la vitamine D.

• De nombreux antioxydants dont 15 caroténoïdes (idéal pour la peau et les yeux)

• L’ensemble des minéraux nécessaires au processus vivant dont certains sont assez rare comme le molybdène, le germanium, la gallium et le vanadium.

• Des pigments biologiquement actifs : chlorophylle, phycocyanine ( dont nous avons parlé) et la phényléthylamine (incroyable régénérateur du cerveau).

Tous les nutriments trouvés dans la klamath sont présents dans des proportions que l’on ne trouve que dans le vivant. En apportant conjointement et dans de justes proportions un ensemble complet de nutriments, l’algue klamath donne aux cellules un complexe idéal pour accroître le potentiel métabolique et donc la vitalité du corps.

La klamath s’inscrit parfaitement dans la perspective hippocratique « que ton aliment soit ton principal médicament » voilà pourquoi il s’avère que c’est l’aliment à l’origine de toute vie sur terre et qui s’avère être un fantastique moyen de guérison vraiment naturel…

Roland Reymondier
Conseiller en produits de nutrition

ipsum Sed efficitur. massa nunc quis, id, Nullam porta.