Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Les immenses bienfaits du jeûne intermittent sur la santé (1ère partie)

Photo Nutrivi.fr-livres – Longtemps appréhendé comme farfelu, et irresponsable, il capte l’attention de plus en plus de chercheurs et de médecins dans le monde. Il est non seulement un outil d’accompagnement pour les guérisons mais il s’avère tellement puissant contre des maladies telle que l’obésité, le diabète type 2, le cancer et même l’Alzheimer.
Un médecin néphrologue canadien fait de

sa pratique du jeune une arme redoutable. De très nombreux diabétiques avec de graves problèmes échouaient dans son bureau sans qu’aucun médicament ne soit efficace pour eux. La simple application d’un jeune intermittent fut d’un succès inespéré.

Le docteur Fung, puisqu’il s’agit de lui, a déjà plusieurs livres à son actif expliquant ses recherches sur les bienfaits du jeûne intermittent et il se moque bien du scepticisme de ses pairs car les résultats parlent d’eux-mêmes.

Ainsi, jusqu’à 16 semaines de jeûne intermittent-sans avoir à compter les calories- c’est une aide à combattre l’obésité et tous les troubles métaboliques et bien sûr le cancer.
Ce jeûne montre des avantages après seulement six semaines. Selon des études faites de manière scientifique, le jeûne permet de relancer le métabolisme et de brûler les graisses en générant de la chaleur corporelle.

L’approche du docteur Fung

https://www.lanutrition.fr/dr-jason-fung-le-jeune-est-le-moyen-le-plus-efficace-et-le-plus-rapide-de-diminuer-le-niveau

L’équipe de recherche du docteur Fung voulait au travers d’une étude mieux comprendre les réactions que des interventions telles que le jeûne déclenchent au niveau moléculaire dans le corps. Ils ont exposé des groupes de souris à 16 semaines de jeûne intermittent.

Le régime récurrent a vu les animaux être nourris pendant 2 jours suivi par un jour sans rien manger.
Leur apport calorique n’a pas été ajusté autrement. 4 mois plus tard, les souris du groupe à jeun pesaient moins que celles du groupe témoin qui continuaient à manger le même volume de nourriture.

Le poids corporel inférieur des souris dans le groupe à jeun n’était pas le seul effet. Le régime de jeûne a aidé à réduire l’accumulation de graisse dans la graisse blanche en augmentant la graisse brune (impliquée dans la combustion de l’énergie et la production de chaleur corporelle) des souris.
Leurs systèmes de glucose et d’insuline sont aussi restés plus stables. Dans une autre expérience, des avantages similaires ont déjà été observés après seulement 6 semaines de jeûne intermittent.

Par une analyse précise, les chercheurs ont vu que ce jeûne intermittent tempère une réaction immunitaire dans les cellules graisseuses. C’est alors qu’un type de globule blanc connu pour jouer un rôle majeur dans la lutte contre l’inflammation est déclenché.

Connues sous le nom de macrophages anti-inflammatoires (monocytes) ces cellules stimulent les cellules adipeuses pour brûler les cellules adipeuses, les graisses stockées ou les lipides en générant de la chaleur. Cela se fait pendant les périodes de jeûne intermittent car il y a une augmentation du facteur de croissance de l’endothélium (VEGF) qui aide à former des vaisseaux sanguins et à activer les macrophages anti-inflammatoires.

Les avantages physiques du jeûne intermittent:

* Amélioration de la clarté mentale et de la concentration
* Augmentation de la sérotonine et humeur psychique
* Perte de poids et de graisse corporelle.
* Diminution du taux de sucre et d’insuline.
* inversion du diabète de type 2
* Augmentation de l’énergie.
* Amélioration de la combustion des graisses
* Augmentation de l’hormone de croissance.
* Cholestérol sanguin abaissé
* Prévention de la maladie d’Alzheimer
* Vie plus longue.
* Régénération cellulaire en stimulant l’autophagie.
* Réduction de l’inflammation, des migraines, des rhumatismes, de l’asthme et maladies articulaires.
* Accompagnement d’une cure de chimiothérapie = un jeûne de 3 jours- un jour avant le traitement, le jour de la chimio et le lendemain avec un apport de jus de légumes pour éviter les carences. L’appui du cancérologue est essentiel pour éviter que le produit ne soit mélangé à du sérum sucré.

 

 

Acteur-Nature

 

 

 

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 21 mai 2019

consectetur mattis risus. Praesent dolor venenatis