-BIEN ÊTRE Actualités Alimentation santé Bien vieillir Diabète Diététique Fiche santé pratique Glycemie Maladies chroniques Prévention Régimes alimentaires Seniors Sucre Thèmes

Une vraie pandémie mondiale: le diabète

– Article de Roland Reymondier – 425 millions de personnes sont atteintes du diabète dans le monde d’après la Fédération internationale du diabète. En France, on compte 4,5 millions de personnes atteintes. Cette fédération qualifie le phénomène de véritable pandémie, car la progression est considérable. Ainsi, l’OMS prévoit 622 millions de diabétiques d’ici 2040. (Atlas IDF 2017)

Image silviarita Pixabay – Article Roland Reymondier – 

5 millions de personnes sont mortes, des suites du diabète dans le monde en 2015.

1 personne meurt du diabète toutes les 6 secondes dans le monde, soit plus que le sida, la tuberculose et la malaria.

Un peu d’explications biologiques

Vous avez peut-être entendu dire que le diabète est provoqué par une trop grande quantité de sucre dans votre sang, mais il est en fait provoqué par une résistance à l’insuline au niveau des cellules.

L’insuline est une hormone secrétée par votre pancréas, qui sert à faire passer le sucre présent dans le sang à travers les membranes des cellules, afin qu’il soit utilisé comme carburant à l’intérieur des cellules. Lorsque vos cellules deviennent résistantes à l’insuline, le glucose (c’est à dire le sucre) reste dans le sang, ce qui augmente la glycémie.

Mais aussi deux hormones semblent jouer un rôle majeur: la leptine (https://www.santelog.com/actualites/obesite-lhormone-leptine-est-elle-vraiment-la-cle-de-lequilibre-energetique) et la ghréline (https://presse.inserm.fr/obesite-un-nouveau-mecanisme-daugmentation-de-lappetit-decouvert/9922/)

Les dangers du diabète

Le diabète créé des dommages aux cellules, aux nerfs et aux vaisseaux sanguins. Il cause la sclérose des artères, donne des rétinopathies, des polyneuropathies, des démangeaisons cutanées, des maladies rénales, de l’hypertension, des ulcères des pieds avec parfois amputation, des cécités, des AVC.

Les céréales complètes au secours du diabétique.

Le grain entier correspond à un grain qui présente toutes ses composantes, l’endosperme, le germe et le son. Le grain raffiné (« blanc ») ne contient que l’endosperme, ce qui fait qu’une partie (significative) des vitamines, des fibres et des minéraux est absente. On sait que les céréales complètes sont bénéfiques contre le diabète, mais relativement peu d’études ont examiné la quantité et le type de grain entier qui permettent d’optimiser cet effet protecteur.

Une étude suédoise portant sur 55 000 adultes (50-65 ans), certains diabétiques et d’autres pas, ont été suivis pendant une période médiane de quinze ans. Leur comportement alimentaire a été relevé à intervalles périodiques, et ces informations ont été croisées avec les diagnostics de diabète. Les chercheurs se sont intéressés en particulier à la consommation de trois types de grains entiers : blé, seigle et avoine. Que constate-t-on ?

• La quantité. Par portion de 16 g par jour, les grains entiers réduisent le risque de diabète de 11% chez les hommes et de 7% chez les femmes. On observe un effet cumulatif : plus on en consomme, plus le risque baisse. La recommandation consiste à dépasser les 50 g par jour.

• Chez les hommes, l’effet protecteur est significatif avec les trois types de grains pris en considération ici.

• Chez les femmes, l’effet est surtout significatif avec le blé et l’avoine.

• Le type. Le pain de seigle, le pain complet (pain aux grains entiers), les flocons d’avoine et le muesli sont associés de manière significative à une réduction du risque de diabète tant chez les hommes que chez les femmes.

Le pain de seigle complet et sur levain: le plus protecteur contre le diabète, explication

Le pain au seigle noir est un bijou pour les diabétiques et voici pourquoi

  • le seigle noir traditionnel est réalisé à partir de seigle moulu (avec parfois un peu de farine de blé) et fermenté avec une pâte au levain.
    L’acide acétique de la pâte de base et les fibres solubles du seigle noir traditionnel réduisent le taux de glycémie (TG) dans le pain, bien au-dessous de celui que l’on trouve dans le pain blanc ou le pain complet.
  • Une étude canadienne a constaté que le pain de seigle noir contenait quatre à huit fois plus d’amidon résistant que le blé ou l’orge.
    L’amidon résistant est bon pour la glycémie parce qu’il ne se digère pas facilement.
    Comme les fibres alimentaires, il franchit l’estomac ainsi que l’intestin grêle pour se déposer dans le côlon, où il est décomposé par des bactéries et finalement évacué.
    Comme c’est le cas avec le pain de seigle, le pain de seigle noir apporte une grande quantité de lignanes, un composé végétal rencontré naturellement dans les plantes et qui peut aider à réduire le cancer du sein et de la prostate.

Roland Reymondier
Conseiller en produits de nutrition (40 ans d’expérience)

Notre séléction de produits

Pycnogénol 120 gel-idéal circulation veineuse-extrait pin des Landes Découvrir
Film documentaire - CHOLESTEROL,-LE GRAND BLUFF Découvrir
gingko Biloba Herbiolys Découvrir
quis, velit, mi, accumsan nunc ut