Sauge et maladie d’Alzheimer

sauge off(1)Gilles Corjon – La maladie d’Alzheimer se manifeste par un déclin lent et progressif des fonctions cognitives et par des troubles du comportement. On ne connaît pas précisément les causes de cette maladie neuro-dégénérative mais deux phénomènes sont constamment retrouvés : une altération des systèmes centraux utilisant l’acétylcholine comme neurotransmetteur et l’installation de deux types de lésions:

  • des plaques amyloïdes dans le milieu extracellulaire : l’accumulation de dépôt amyloïde est associé à une dégradation progressive des neurones impliqués dans les fonctions cognitives ( mémoire, apprentissage, langage…)
  • une dégénérescence neurofibrillaire (DNF) dans le milieu intracellulaire : associée à une agrégation de protéines Tau anormalement phosphorylées qui bloquent le bon fonctionnement du neurone.

D’autre part , la maladie d’Alzheimer est associée à un processus inflammatoire qui crée un important stress oxydatif local ce qui pourrait justifier l’usage de plantes et de nutriments à caractère anti-inflammatoire comme le curcuma à titre préventif.

Les propriétés curatives de la sauge officinale ( Salvia officinalis)…

qui sont connues depuis l’Antiquité.

La médecine traditionnelle chinoise et grecque la préconisait notamment pour améliorer la mémoire. Plusieurs études modernes sont venues corroborer cette utilisation. En 2003, le Médical Plant Research Center de l’Université de Newcastle a montré que des préparations à base de sauge pouvaient améliorer certains processus mnémoniques et certains dommages causés par la maladie d’Alzheimer. D’autres études contrôlées par placébo et conduites sur plusieurs mois ont été réalisées à Téhéran en Iran : les extraits de sauge officinale ont produit un résultat significatif sur les fonctions cognitives chez des personnes présentant des troubles légers à modérés de maladie d’Alzheimer.

Plusieurs mécanismes d’action ont été suggérés :

  • plusieurs composés présents dans la fraction huile essentielle de la sauge dont la thuyone auraient un effet sur les récepteurs GABA et ceux de la sérotonine ce qui pourrait expliquer l’effet favorable bien connu de cette plante sur l’humeur.
  • la prise régulière de sauge pourrait ralentir la dégradation cérébrale de l’acétylcholine par un effet inhibiteur de l’enzyme acétylcholinestérase . Pour rappel, l’acétylcholine est le principal neurotransmetteur impliqué dans la mémoire et l’apprentissage.
  • les propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes de la sauge liées à la présence de composés polyphénoliques comme le carnosol ou l’acide rosmarinique pourraient expliquer son effet neuroprotecteur cellulaire contre la toxicité des plaques amyloïdes.

Gilles Corjon
Docteur en pharmacie, herboriste

IMG_1542

Références : J Clin Pharm Ther. 2003 Feb;28(1):53-9.Salvia officinalis extract in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer’s disease: a double blind, randomized and placebo-controlled trial. Akhondzadeh S1, Noroozian M, Mohammadi M, Ohadinia S, Jamshidi AH, Khani M.
J Pharmacol Exp Ther. 2006 Jun;317(3):1143-9. Epub 2006 Feb 22.The spice sage and its active ingredient rosmarinic acid protect PC12 cells from amyloid-beta peptide-induced neurotoxicity.Iuvone T1, De Filippis D, Esposito G, D’Amico A, Izzo AA.

nec Sed sem, leo. dictum Praesent dolor. ipsum id non