Engrain ou petit épeautre: le reconnaitre !

epis1Photo ” Le Petit Epeautre de Haute Provence“Connaissez-vous le petit épeautre ou engrain? Certes, tout le monde connait l’épeautre mais qui sait faire la différence avec le grand épeautre? Souvent commercialisé sous la dénomination “épeautre”, on consomme souvent sans le savoir le grand épeautre, confondu et c’est dommage avec le petit épeautre ou engrain. En reprenant les éléments d’un dossier

paru dans la revue Nature et Progrès de 2004, nous avons pu en savoir plus:

Savez-vous que ce fameux petit épeautre a été cultivé dés le néolithique sur le pourtour méditerranéen et qu’il est très apprécié pour sa robustesse et sa conservation.

Malheureusement, à cause de son manque de productivité (à peine 30 quintaux à l’hectare) et de son décorticage assez difficile, d’autres varietés on été développées en plaine.
N’empêche, qu’il sauvera de la disette chronique nombre de populations des régions arides des Alpes du Sud, à cause de sa rusticité et de sa parfaite adaptation aux sols caillouteux.
Ayant failli disparaitre dans les années 60 à 1980, il ne doit son salut et le nôtre, qu’à une poignée d’agriculteurs biologiques courageux qui ont su le faire renaître (” Le Petit Epeautre de Haute Provence“).

Véritable symbole de la lutte anti-OGM!

Cette céréale ancienne n’a jamais subi de croisement ni d’amélioration génétique. René Liardet, agrobiologiste et membre de Nature et Progrès, disait: ” Cette céréale est tellement bien adaptée à notre terroir qu’il est impensable de vouloir l’améliorer. La preuve en est qu’aucune maladie n’a été observée sur cette culture”.

Au début de la renaissance du petit épeautre, on avait forgé beaucoup d’espoirs mais il y a eu quelques échecs dus à la concurrence vive du grand épeautre, plus rentable. Alors, attention, car nombre de produits bio se revendiquant de l’épeautre utilisent en fait du grand épeautre!

Comment le reconnaitre?

  • Le petit épeautre ou engrain vient du latin “Triticum monoccocum”. De race pure, il est moins productif: 15 à 25 quintaux à l’hectare.
  • Le grand épeautre appelé “Triticum spelta” est issu du croisement moderne entre plusieurs varietés de blé. Il est nettement plus productif: 50, voire 80 quintaux à l’hectare. Il n’y a pas photo. Conséquence: vendu moins cher, bénéficiant à tord de l’aura du petit épeautre mais sans ses atouts nutritionnels.

Les atouts incontestables du petit épeautre:

Il a une haute teneur en lipides et glucides. Sa teneur en protéines apporte les 8 acides aminés essentiels avec la lutéine pour la vision..
L’élément le plus important à notre avis est sans aucun doute sa faible teneur en gluten à l’heure où nombre de personnes sont sensibles au gluten (en dehors de l’allergie au gluten plus grave).
On rajoutera qu’il y a 4 fois plus de magnésium que le riz brun, 5 fois plus de phosphore que le soya.

C’est vraiment une céréale exceptionnelle fort justement remarquée par le Professeur Joyeux.

Enfin, choisir cette céréale c’est, à l’heure de la COP21, faire le pari de la biodiversité et promouvoir des  petites exploitations agricoles bio, des artisans boulangers bio, lutter contre les OGM,…

Alors, vraiment nous vous invitons à consommer du petit épeautre sous toutes ses formes en vérifiant soigneusement les étiquettes: pain, boulghour, flocons, farines, galettes, biscuits, soupe, etc, etc…(Notre partenaire Celnat)

Personnellement, j’ai fait ce choix et quel délice de manger chaque jour mon pain au petit épeautre fait par une artisane boulangère près de chez moi ( La Mie dorée 38 St Nicolas de Macherin).

Acteur-Nature
Bernard Burlet

Rappel d’un autre article sur l’épeautre:  “L’épeautre, une bien étonnante céréale”

venenatis, massa elementum eleifend mi, eget