Vélo: Comment avoir l’énergie d’un vainqueur !

oisans-L.Salino_1Photo cyclotourisme magazine – Tous les stimulants et dopings, quels qu’ils soient, consomment notre précieuse énergie. L’impression de “surpuissance” vient du fait que l’énergie que nous avons accumulé quitte le système, un peu comme une vague qui déferle et qui pour un temps seulement semble regorger de force! Cependant, quelques minutes ou heures plus tard, la vague a disparu et l’énergie aussi;

Toutes les “drogues” dévorent notre énergie vitale et cela beaucoup plus rapidement que notre corps n’est capable de la produire. Comme elles, les drogues brûlent toutes nos réserves de vitalité en très peu de temps. L’état d’exaltation très bref est suivi d’une rapide diminution de l’énergie vitale. Toutes les drogues “dépriment” au rang desquelles se trouvent dans un ordre décroissant de nocivité: alcool, héroïne et opiacés, tabac, cocaïne, antidépresseurs, amphétamines, marijuana, thé et café…. mais cela peut surprendre… sucre blanc…

Tous les sucres rapides engendrent un stress dans le corps en stimulant du cortisol.

De récentes recherches ont montré que l’association de certaines protéines à des sucres lents favorise une très bonne source d’énergie tout en réduisant la production de cortisol. Les sherpas qui gravitent en haute altitude et portent de lourdes charges sur le dos sur plusieurs dizaines de kilomètres mangent quotidiennement riz brun et lentilles …Ce sont deux sources de sucres lents et de protéines, voilà pourquoi l’énergie est au rendez vous!

Les nutriments du sportif de “haut niveau”

Pour le sport, figurent en bonne place vitamine B6 et zinc qui aident l’insuline à faire son travail, la vitamine B3 et le chrome qui font partie du facteur de tolérance au glucose ainsi que toute une série de nutriments nécessaires à la conversion en énergie du glucose contenu dans les cellules.

Parmi ceux ci, se trouvent les vitamines B1, B2, B3, B5, la coenzyme Q10, la vitamine C, le fer, le cuivre, le magnésium. La vitamine B12 est capitale pour une production d’adrénaline, tandis que la B5 joue un rôle dans la production des glucocorticoïdes (hormones surrénaliennes).

La transmission de l’influx nerveux et musculaire c’est à dire le résultat final de la transformation de carburant en énergie nécessite encore plus de vitamine B5 et de grande quantités de choline et en plus du calcium et du magnésium.

La vitamine B11 nommée carnitine aide à brûler les graisses et à produire de l’énergie. On s’est aperçu qu’une déficience en carnitine est liée à des maladies dégénératives du muscle et à une faiblesse musculaire.
Cette carnitine se trouve sous forme de compléments et devient totalement performante en présence de coenzyme Q10.

La vitamine B15 augmente le transport de l’oxygène dans le sang. Son rôle d’oxygénation est fondamental car, sans oxygène, plus de transformation de glucose en énergie: un manque d’oxygène entraîne une accumulation d’acide lactique et engendre crampes, courbatures et raideurs musculaires.

La vitamine C augmente le métabolisme permettant la production d’énergie et diminue l’effet de l’accumulation des toxines et d’acide lactique.

L’octacosanol trouvé dans l’huile de germe de blé a des pouvoirs énergétiques et donne vitalité et endurance.

Deux acides aminés arginine et ornithine favorisent la synthèse musculaire par le biais de l’hormone de croissance. Ils permettent donc d’éliminer les graisses et d’augmenter la croissance musculaire.

N’oublions jamais l’importance de l’eau donc, d’une bonne hydratation mais surtout et avant tout d’une vraie alimentation vivante source de grande vitalité…

Acteur-Nature

neque. nunc libero risus sem, et, mi, tempus Praesent Praesent fringilla sed