-Nature Actualités Autres Bien vieillir Compléments alimentaires Coup de cœur Défenses naturelles Fiche santé pratique Immunité Prévention Recettes de santé Remèdes ancestraux Seniors Système immunitaire Thèmes

Pasteur et ses vaccins luttait contre les maladies, Quinton redonnait la santé.

Rêvons un peu d’un monde où, en plus d’une excellente hygiène de vie, on pourrait entendre de nos instances de santé,  de nos médias, qu’il serait bien de se supplémenter pourquoi pas en sérum de Quinton. Ce produit exceptionnel ayant fait ses preuves bien au-delà des masques, mesures barrières ou autres médicaments anti-viraux. A la limite, l’un pouvant côtoyer l’autre, pourquoi pas ? L’objectif étant naturellement de retrouver la santé.

Image Dimitris Vetsikas Pixabay–

Si un seul sérum a fait ses preuves contre toutes les infections virales et bactériennes c’est bien celui qu’on nomme sérum de Quinton.

Une question toutefois se pose … qui, actuellement, continue les recherches heureuses de René Quinton?
Facile de répondre à cette interrogation : PERSONNE. On se refuse à utiliser un simple produit issu de la mer: l’eau de mer isotonique.

Il fut un temps béni du début du siècle dernier où le savant était un homme libre et non inféodé aux puissances de l’argent tel qu’un laboratoire de l’industrie pharmaceutique.

Quinton faisait partie de savants du même type que Léonard de Vinci et dont Barrès dira de lui « Nul autant que Quinton ne m’a donné le sentiment du génie ».

Son génie de chercheur et de précurseur, comme Léonard de Vinci, se manifeste dans bien des domaines. Ainsi, au moment des premiers balbutiements de l’aviation, Quinton déclara que l’avenir était au plus lourd que l’air et qu’avant peu on irait boire le thé à Pékin dans la journée. Ces déclarations lui valurent les railleries des chansonniers de l’époque.

Le génie de l’eau de mer

En 1905, lors de la publication de son livre « l’eau de mer, milieu organique », cela créa un effet considérable dans l’ensemble du monde scientifique et, de grands maîtres du monde médical collaborèrent avec lui. De nombreuses communications scientifiques de Quinton furent faites avec tel ou tel ponte du monde médical de cette époque.

Vous auriez du mal à vous représenter l’aura qu’avait Quinton en son temps tellement les médicastres d’aujourd’hui ont occulté les recherches de ce génie. Quinton exerçait une énorme influence sur toutes les célébrités de sa génération et il eut pour ami aussi bien Maurras que Barbusse.

Issu d’une famille de médecins, mais d’abord orienté vers la littérature, René Quinton a trente ans en 1896 lorsqu’il se tourne vers la physiologie.

II dépose à l’Institut une première réflexion sur « l’origine australe de l’homme »,qui lui vaut d’être admis en tant qu’assistant au laboratoire de physiologie du Collège de France sous la protection de Marey, Président de l’Académie des Sciences.

L’hypothèse qu’il soutient est que « en face de la concentration progressive des océans, la vie animale, apparue à l’état de cellule dans les mers, a tendu à maintenir à travers la série zoologique les cellules composant chaque organisme dans un milieu marin”.

II est le premier à s’être intéressé aux effets pharmacodynamiques de I’eau de mer, et présente la cure marine sous la forme nouvelle d’injections sous-cutanées. Ses travaux commencent en 1897, lorsqu’il présente à la Société Française de Biologie un mémoire intitulé :

Hypothèse de I’eau de mer, milieu vital des organismes élevés.

Ses conceptions seront développées au XIIIe Congrès International de Médecine de Paris de 1900 (où il expose sa théorie de thérapeutique par absorption buccale ou par injection d’eau de mer plus ou moins diluée) et collationnées dans un ouvrage publié en 1904 s’inscrivant en faux contre le darwinisme : “L’eau de mer, milieu organique. La constance du milieu marin original comme milieu vital, à travers la série animale”.

II pose l’hypothèse que du milieu marin est sortie la première cellule vivante, et compare le plasma sanguin à I’eau de mer : « dans notre organisme, le milieu intérieur à lui seul a la même personnalité minérale, le même faciès que I’eau de mer.

Par de nombreuses expérimentations, il étaye cette hypothèse d’identité minérale.

II commence par des expériences in vitro sur le globule blanc, «témoin par excellence du milieu vital d’un organisme»,qui survit dans I’eau de mer et non dans un milieu artificiel.

Mais ses expériences les plus démonstratives sont celles qu’il réalise in vivo chez le chien, où il remplace le sang par de I’eau de mer ramenée à l’isotonie.

Si certains sujets périssent, d’autres parviennent à survivre en reconstituant leur hémoglobine.

Ces démonstrations parviennent à convaincre le corps médical, qui depuis plusieurs années s’intéressait, sous l’impulsion du Pr. Bouchard, aux possibilités thérapeutiques de substitution des milieux liquides supposés à l’origine de la souffrance cellulaire.

Quinton en propose le substrat, et le « plasma Quinton » qui en sortira sera largement utilisé en médecine, notamment chez les prématurés et les enfants déshydratés par une gastroentérite.

Ce traitement sera tenté dans de nombreuses autres indications avec plus ou moins de bonheur: la tuberculose osseuse ou cutanée, l’eczéma, I’hémophilie du nouveau né.

Les dispensaires marins de Quinton

Le 26 mars 1907, Quinton ouvre à Paris le premier « dispensaire marin », rue de l’Arrivée. Mettant en application sa théorie, il injecte à ses patients le plasma marin Quinton présenté comme ayant des vertus thérapeutiques. Son succès (300 injections par jour) conduit à la création d’autres dispensaires, à Paris et bientôt dans presque toutes les villes de France et de l’étranger.

C’est le succès, la réussite dans toutes les maladies infectieuses, mais celui-ci faisait de l’ombre à  Pasteur et son dogme vaccinal. On pouvait ainsi se passer de vaccin; de cela il n’en était pas question pour celui qui encore jouit d’un grand prestige, si grand qu‘on a fini par totalement ignoré notre René Quinton pour le plus grand désarroi des malades.

La mode des vaccins, puis des sulfamides et pour terminer les antibiotiques mirent fin aux inestimables succès du sérum de santé, celui de Quinton.

Pasteur fut l’initiateur d’une lutte contre contre la maladie au travers des vaccins et nous savons qu’on nous en prépare un autre, comme si les autres ne suffisaient pas.

Quinton fut l’initiateur de la santé naturelle au travers de son sérum. Alors santé artificielle, ou santé naturelle, Pasteur soutenait la première, Quinton la seconde.

Acteur-Nature

Notre séléction de produits

Sérum de quinton en ampoules Découvrir
Oligo-élément ZINC Catalyons Découvrir
Extrait de Tourbe 1L provenance Autriche Découvrir
amet, commodo Donec fringilla elit. nunc ipsum ipsum consequat. libero pulvinar