Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Vieillissement des artères, cholestérol innocenté ! (1ère partie)

Photo Santé Magazine – Le cholestérol est une vache sacrée de la médecine. Plus il serait bas, mieux on se porterait. Allons-y donc ! Près de sept millions de Français prennent des médicaments anti-cholestérol, qui coûtent chaque année un milliard et demi d’euros à l’assurance-maladie et rapportent encore plus à l’industrie pharmaceutique. Une vache sacrée qui est aussi

une sacrée vache à lait. Pourtant, moins de cholestérol, ce n’est pas moins d’infarctus ni moins de morts ! (Michel De Lorgeril)

Bien avant le professeur Michel De Lorgeril, le docteur Richard Paswater dans les années 1970 avait écrit et prouvé que « le cholestérol ne compte pas »…..Il ne fut pas écouté…

L’observation des faits

Les prisonniers, en particulier ceux de la guerre, mangent des déchets, du pain, du riz et peu de viandes œufs et laitages ; cependant, bien que leurs repas soient bas en cholestérol, l’état de leurs artères témoigne de dépôts de cholestérol.
Ainsi, les 10000 autopsies pratiquées sur des prisonniers du camp de concentration nazi de Dachau ont témoigné d’un degré plus ou moins avancé d’athérosclérose. Pourtant, les individus n’avaient mangé que de la soupe et du pain, c’est-à-dire un total de 1000 calories par jour…. Ils ne prenaient pas d’aliments riches en cholestérol et pourtant leurs artères en étaient gorgées….

Pourquoi le cholestérol n’y est pour rien

Comme on le voit dans les exemples ci-dessus, l’adoption d’un régime à basse teneur en cholestérol n’empêche nullement l’athérosclérose. Dans ces cas là, c’est la malnutrition qui génère les plaques d’athérome sur les artères dans lesquelles on trouve du cholestérol…Ici, le cholestérol n’est que la conséquence et non la cause….Dés lors, on se rend compte que l’adoption d’un « régime » est illusoire. Des affamés, livrés à un régime drastique, voient leurs artères sérieusement endommagées au même titre que les pléthoriques, sans avoir consommé de graisses riches en cholestérol.

Il est une étude assez troublante :

Les indiens du nord de l’Inde ont une alimentation à haute teneur en cholestérol et en graisses saturées. Dans cette partie de l’Inde, 2% seulement des matières grasses absorbées sont polyinsaturées. Les Indiens du Nord mangent en priorité des graisses saturées, ils consomment 10 fois plus de graisses que leurs voisins du Sud qui eux, consomment surtout des graisses polyinsaturées. Les indiens du Sud mangent 44% de corps gras non saturés pour seulement 2% pour ceux du Nord.

• Il se trouve qu’en règle générale les deux populations ont des taux de cholestérol normaux…. Mais là où l’on n’a pas d’explications c’est que ceux du Sud ont 15 fois plus de maladies cardiaques que les Indiens du Nord (dont le régime est à haute teneur en cholestérol). Il est impossible d’expliquer cette différence par le type d’activité, la génétique ou la culture, seule l’alimentation diffère. L’explication : les Indiens du Nord consomment quelque chose en plus qui minore les nuisances éventuelles du cholestérol

Un crédo qui ne résiste pas à l’observation

Pour de nombreux médecins, il faut traiter les maladies cardiaques en s’efforçant de réduire le taux de cholestérol dans le sang par le biais soit de l’alimentation, soit des statines.

Ils sont tous convaincus qu’un taux de cholestérol élevé accroit les risques de maladies cardiaques alors qu’en fait il n’existe aucune preuve avérée d’une corrélation entre les maladies cardiaques et la présence de cholestérol dans l’alimentation ou même avec le taux de cholestérol sanguin.

Le docteur Richard Paswater se plaisait à évoquer ceci:

  • « En 1951 un éminent spécialiste, le Dr Jacobus Rinse eut une crise cardiaque tout à fait insolite. Aucun des prétendus facteurs de risques ne s’appliquait à son mode de vie. Il surveillait son absorption de cholestérol et de matières grasses, son poids n’était pas excessif, il ne fumait pas, il n’était pas soumis à des tensions particulières, il prenait suffisamment d’exercice et sa famille ne comptait pas de cas de maladies cardiaques. Il avait toujours traité sa santé avec une intelligence attentive et suivait les conseils habituels pour éviter les maladies de cœur. Or justement, à l’âge de 51 ans, il fut frappé d’angine de poitrine.

Quelle furent les erreurs commises ?

Il ne pouvait que s’interroger sur ce qui manquait peut être dans son bol alimentaire plutôt que se demander s’il n’y avait pas trop de tel ou tel ingrédient comme le cholestérol et les graisses saturées qui étaient en partie absents de sa diète. »

D’autres exemples :

  • le président du Diet Heart Committee de l’American Medical Association devait présenter, lors d’un congrès en 1967, à ses membres, un véritable projet d’étude à long terme de restrictions de matières animales dans l’alimentation. Il suivait scrupuleusement un régime exempt de cholestérol. Il était mince, prenait souvent de l’exercice et suivait en tous points les conseils de cette association qui prônait le régime pauvre en cholestérol. Ce dernier ne put se rendre au congrès, il se trouvait à l’hôpital à la suite d’une thrombose coronaire.

 

  • Le docteur Carlton Fredericks, reconnu pour ses écrits en matière de diététique aux Etats-Unis, il y a quelques années portait témoignage d’un expert et fervent défenseur des régimes anti-cholestérol et du footing. Il affirmait que ce monsieur avait écrit un article dans un magazine de presse spécialisée « vous pouvez éviter les crises cardiaques ». Cet écrit soulignait les dangers du cholestérol alimentaire et recommandait une alimentation dépourvue en graisses saturées Au moment même de la parution, l’expert en question se trouvait à l’hôpital victime d’une thrombose coronarienne. Le docteur Fredericks fut passablement ébranlé dans ses propres convictions portant sur l’importance d’un régime.

 

  • James B Irwin astronaute d’Apollo 15 fut frappé d’une crise cardiaque à l’âge de 43 ans. Bien qu’il soit bien « suivi » sur le plan diététique et qu’il fut un excellent sportif. Le régime pauvre en graisses saturées qu’il suivait ne lui fut d’aucun secours.

Qu’est qu’on constate si on observe les artères de l’intérieur ?

Il est tout à fait exact que le cholestérol est le principal composant des dépôts de matière grasse dans les parois des artères malades. De nombreuses formes de maladies de cœur sont en fait liées aux dépôts de cholestérol. Ainsi l’athérosclérose est la maladie de cœur qui rétrécit insensiblement les vaisseaux sanguins. Le rétrécissement des artères du cœur s’appelle angine de poitrine. Lorsque les artères coronaires sont totalement bloquées par un caillot qu’on nomme thrombose, le cœur est lésé et il y a mort d’une partie des tissus musculaires, on nomme cela infarctus du myocarde.

Si l’artère bloquée est la carotide, celle qui mène au cerveau, on parle alors de congestion cérébrale. Les artères s’obstruent insensiblement mais le blocage final se fait par un caillot sanguin ( thrombus) formé par des globules rouges du sang endommagés par le passage forcé dans les artères rétrécies. Les plaques qui se forment, riches en cholestérol, attirent du calcium et finissent par durcir. Ce durcissement artériel porte le nom d’artériosclérose. Les artères sont formées de trois couches : intima, media et adventice.

Quand les plaques se forment dans la couche interne ont dit qu’il s’agit alors d’athérosclérose de l’intima. Ce qui signe une maladie grave.

On voit apparaître des lésions formées de diverses substances qui sont des tissus fibreux, cholestérol, ester de cholestérol, phospholipides, graisses neutres, protéines et calcium. Les plaques sont molles et jaunes, mais avec le temps les plaques jaunes rayées se précisent et font saillie sous la paroi de l’intima. Ainsi, une protéine nommée fibrine (constituant de la thrombine responsable des caillots) va alors se déposer sur ces plaques pour favoriser une thrombose et un rétrécissement plus fort du vaisseau concerné.

Comment enrayer ce mécanisme ?

Les nombreuses expériences ont démontré que les « réparations locales » comme le pontage ne représentent que des solutions transitoires, étant donné que ces interventions passent sous silence les causes réelles des altérations vasculaires.

Lorsque le foie, véritable laboratoire central de détoxication libère des lipoprotéines ( LDL) chargées de cholestérol dans la circulation sanguine et que ces substances nocives ne peuvent être évacuées du sang, il s’ensuit alors le processus d’altération des artères. Ce qui va contribuer à la détérioration des parois vasculaires.

Par ailleurs, les bonnes lipoprotéines de cholestérol (HDL) présentes dans le sang prodiguent un effet protecteur contre les maladies cardio-vasculaires.

Lorsque le professeur Gotthard Schettler, éminent chercheur en artériosclérose, eut la conviction qu’un apport élevé en HDL, donc en bonnes lipoprotéines, permet et accélère l’évacuation du cholestérol nocif des cellules et des artères et le transporte vers le foie pour qu’il soit éliminé, il semble qu’il ait enfin trouvé la clé qui résolve ce phénomène.

 L’artériosclérose peut être non seulement enrayée mais aussi peut refluer par une modification du mode de vie et plus particulièrement par un mode d’alimentation adéquat. Un foie qui fonctionne à merveille régule parfaitement l’équilibre entre bon et mauvais cholestérol. Pour cela certaines vitamines et autres substances naturelles sont fondamentales…

Cependant, la découverte essentielle c’est que bien au-delà du phénomène cholestérol, le facteur numéro un de risque d’artériosclérose de loin le plus important est l’homocystéine.
Ce corps, fabriqué par l’organisme, est désormais considéré comme un assaillant bien plus dangereux que les molécules de LDL …

Neutraliser l’homocystéine et rétablir un bon équilibre lipidique par un meilleur fonctionnement du foie, tel sera le sujet abordé lors d’un deuxième volet de ce dossier dans un prochain article.

Actuellement, le sujet qui préoccupe le docteur De Lorgeril c’est cette vaste promotion des traitements du cholestérol par les statines médicamenteuses. Nous rejoignons sa perception et nous vous proposerons des solutions qui pourront vous faire dire : vraiment le cholestérol n’y est pour rien.

 

Roland Reymondier
Conseiller en produits de nutrition

 

 

 

Pour en savoir plus :

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Congrès « AGIR POUR LA SANTE NATURELLE » AIX-LES-BAINS

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 15 mars 2018

Nullam id, Praesent dapibus eget ultricies mattis in