Les troubles de l’équilibre des seniors

398a8bc2e3f7f879ff0986359513be80_MPhoto site Domidom – Article du Dr JL Dervaux –  Les troubles de l’équilibre des sujets âgés constituent un véritable problème de santé publique : ils touchent environ 50 % des individus de plus de 70 ans et les principaux motifs de consultation après 75 ans.

Ils sont rarement étourdissements ou vertiges, mais surtout et avant tout instabilité permanente.

  • Cet état de choses aboutit, au maximum, à une démarche de compensation caractéristique :

– réduction de la vitesse de la marche ;
– attitude penchée en avant ;
– réduction de la longueur et cadence des pas ;
– important balancement des bras.

Les chutes répétitives en sont la conséquence, pouvant entraîner outre les conséquences physiques, allant de la simple contusion à la fracture, une régression psychomotrice brutale, véritable urgence gériatrique.

  • Les examens dits de « posturographie » pratiqués par les médecins montrent :
    – une instabilité globale aux manœuvres lentes ;
    – un retard à la réaction lors de manœuvres rapides.

Rappelons que l’équilibre est assuré par l’oreille interne, la vision et la sensibilité dite « propioceptive »*, qui nous renseigne sur la position de notre corps dans l’espace.

En fait, chez la personne âgée, l’équilibre n’est plus assuré par l’oreille interne mais par la vue ; or le système visuel réagit beaucoup plus lentement à un déséquilibre que le système labyrinthique… avec les conséquences que l’on peut imaginer.

La diminution de la performance de ces trois composantes* est liée :

  • à l’arrivée de la sénescence, coïncidant avec la somatopause : chute progressive des hormones anti-âges que sont l’hormone somatotrope et la DHEA ;
  • au stress oxydatif, liée à l’accumulation progressive dans l’organisme des radicaux libres, véritables « bavures biologiques » ;
  • à certains facteurs aggravants, comme l’existence d’un syndrome métabolique ou d’une maladie neuro-dégénérative.

Fort heureusement, ces troubles de l’équilibre sont accessibles à la rééducation.

La démarche de prise en charge est triple :

  • dépister et soigner une maladie causale concomitante ;
  • mettre en place une prise en charge médicamenteuse neuro circulatoire ;
  • pratiquer une rééducation complète, concernant les trois composantes de l’équilibre ; cette dernière favorisera l’oreille interne, aux dépens de la fonction visuelle.

Dr JL Dervaux

61987

Pour en savoir plus: “Vertiges et troubles de l’équilibre” Editions Dangles – Dr JL Dervaux

Aenean sed libero vel, mattis tempus lectus id