-BIEN ÊTRE Actualités Autres Développement durable Divers Environnement Pollution Thèmes

Bientôt une taxe sur la viande ?

De nombreuses associations dénoncent le fait que le prix de vente actuel de la viande est bien en deçà de ce que la production coûte à l’environnement.
Leur proposition : d’ici 2030 une mise en place de taxes différenciées selon les types de viandes et leur impact sur l’environnement.

Image par Gerhard Gellinger de Pixabay – 

Elles proposent 47 centimes pour 100 grammes de bœuf, 36 centimes pour le porc et 17 pour la viande de poulet. Cela ressemble à une taxe et elle incite le consommateur à revoir ce qu’il met dans son assiette en réduisant ainsi les rations de viande.

Il faut prendre en compte que chaque européen consomme en moyenne 69 kg de viande par an soit six fois les recommandations faites par les autorités sanitaires.
Une taxe bonne pour notre santé aujourd’hui mais elle devrait être bonne pour la planète puisque l’élevage est à l’origine de 14,50% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde

Un peu d’histoire

Jusqu’au milieu du 19ème siècle la consommation de viande restait assez basse (18 kgs par personne et par an en 1810). Puis en 1900, à la suite d’une prise de conscience d’une certaine opinion selon laquelle une grande quantité de protides et en particulier, ceux de la viande, augmentait les performances physiques et intellectuelles, cette consommation s’éleva à 56 kgs à la fin du siècle puis 69 kgs actuellement.

Le développement de l’industrie et le manque de temps poussèrent les gens à consommer des plats préparés qui donnent le sentiment immédiat de rassasiement.
C’est ainsi que la viande, les pommes de terre prirent la première place rejetant les céréales, les légumes secs et les légumes.

Les cliniciens sont d’accord : on sait que la viande et d’autres albumines présentes dans nos rations journalières dépassent nettement nos besoins.
En 1936, le docteur Raph Bircher parlait d’un mode de vie des Esquimaux de l’Est du Groenland et il écrivait à ce sujet « la chair animale le plus souvent crue compose les 90% de leur alimentation. Si le régime est proche de la nature puisque c’est de la viande de bêtes qui vivent à l’état sauvage, le régime ne correspond nullement aux besoins de l’homme.

Cette alimentation si elle ne présente pas de carence importante en vitamines et minéraux apporte près de 300 g de protéines animales au lieu de 60g, 169g de graisses au lieu de 50 à 80g et seulement 122g d’hydrate de carbone au lieu de 400 à 500g.

Ces hommes paraissent sains, gais, en bonne forme physique pendant leur jeunesse mais très rapidement leur énergie décline et dans la force de l’âge ils ont perdu leur vigueur. L’âge moyen est assez bas pour le facteur longévité.
Comparé à certaines populations des zones bleues c’est tout à fait ridiculement bas.

La viande est-elle nuisible ?

En fait il n’existe pas une réponse définitive à cette question. Tout est question de la quantité et de la qualité.

Dans cet article nous tenons simplement à affirmer qu’une certaine quantité très variable selon les sujets ne saurait être dépassée quotidiennement ou même régulièrement sans l’apparition de signes pathologiques évidents surtout chez les sujets pour lesquels la viande constitue l’aliment principal ou parfois exclusif.
On peut même dans certains cas voir l’apparition de signes de scorbut ou de cancer du côlon dans le pire des cas.

Taxer la viande: bonne ou mauvaise idée ?

Avec 10 millards d’habitants sur terre en 2050 et des niveaux de vie permettant de plus en plus aux classes moyennes de consommer de la viande, la demande devrait croître fortement au niveau de la planète au rythme de 1.2 % chaque année.
L’idée est simple : réduire la consommation de viande pour le bien être et la santé tout en réduisant l’impact négatif de la viande sur le réchauffement de la planète.
Si on prend en compte les déforestations, les cultures intensives de soja ou autres céréales pour engraisser les bêtes, on peut bien affirmer que ce n’est pas 14 ,50% que l’on rejette en gaz à effet de serre mais 25%.
Donc l’idée de taxer n’est pas farfelue car faire le choix d’une alimentation carnée n’est pas la bonne solution pour l’avenir de notre planète et nous y souscrivons nous aussi. Il va sans dire que on devrait privilégier l’élevage bio, garant du bien-être animal.

Acteur-Nature

Notre séléction de produits

Film "Cueilleurs en résistance" Découvrir
Collier en pur noisetier-accessoire santé Découvrir
Masque d'Amarante pour les yeux fatigués (écrans par exemple) - Naturôm Découvrir
Praesent leo mattis odio felis consequat. elementum ipsum ut