Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

La névralgie occipitale

Dr JL Dervaux – Elle est dénommée aussi névralgie d’Arnold, du nom du médecin qui a décrit non pas la névralgie en elle-même, mais le nerf qui y donne lieu : le grand nerf occipital d’Arnold, qui prend naissance au niveau de la nuque à la jonction entre le crâne et la colonne cervicale et remonte vers l’avant jusqu’à la partie haute du front.

Il s’agit d’une douleur unilatérale (ce qui la différencie de la céphalée tensive, qui elle est due à une contracture bilatérale des muscles de la nuque), qui part de la partie haute du cou et irradie dans la partie inférieure et postérieure de la tête appelée occiput. Elle est souvent déclenchée par l’extension et la rotation de la tête. Des sensations de brûlure ou des décharges électriques peuvent être perçues d’un seul côté de la région occipitale.

Elle est due à un conflit entre la première et la deuxième vertèbre cervicale le plus souvent d’origine arthrosique.

Contrairement aux autres névralgies vertébrales, ça n’est pas une hernie discale mais le réveil d’un foyer d’arthrose cervicale haute qui va irriter le nerf et occasionner ces douleurs strictement unilatérales, de type névralgique.

La même douleur peut être réveillée par la pression d’un point situé au niveau de la petite fossette située derrière l’os mastoïdien, au niveau du foyer d’arthrose.

En dehors des crises, il peut persister un certain endolorissement de cette zone, lié à l’inflammation arthrosique et une zone d’hypo sensibilité de la peau de la partie postérieure et latérale du crâne.

Cette névralgie est favorisée par un temps humide ou après avoir travaillé longtemps la tête levée ; par contre, elle n’est nullement influencée par les événements ou le stress.

Elle cède en quelques jours au traitement médical : antalgiques, myorelaxants voire anti-inflammatoires.

Elle est très bien soulagée par une infiltration locale qui en est le traitement d’élection, mais ne doit toutefois pas être pratiquée de manière trop répétitive.

Bien entendu vous pouvez aussi avoir recours à la phytothérapie :

harpagophytum (la griffe du diable) est un anti-inflammatoire très efficace à la dose de six gélules par jour ;

la valériane, à la même dose de six gélules par jour, est un excellent myorelaxant.

 

Dr Jean-Loup Dervaux

 

 

 

Ouvrage de référence : « Docteur, j’ai mal aux cervicales » ; Edition Alpen.

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus: Il existe une multitude d’articles sur le site traitant de l’alimentation anti-inflammatoire

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 2 septembre 2017

velit, Donec elit. felis Donec consequat. Aliquam mattis