Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Allergies saisonnières : que faire ?

Allergies-1Gilles Corjon – La rhino-conjonctivite allergique saisonnière (R.A.S) encore appelée « rhume des foins » touche près de 10% de la population et son incidence est croissante.Des solutions naturelles existent pour prévenir les crises et diminuer l’intensité des symptômes. De manière générale , une allergie peut se définir

comme une réaction excessive de l’organisme contre une substance qui n’est pas nocive par elle-même mais qui est identifiée comme potentiellement agressive. Ces réactions varient d’un individu à un autre : elles
sont l’expression d’une perturbation du système immunitaire.

Ce qui caractérise l’allergie, c’est que le premier contact avec l’allergène ( pollen,acarien…) assure non pas une protection contre un contact ultérieur, mais plutôt une hypersensibilité qui se traduira ,
lors d’un second contact , par un ensemble de symptômes constitués essentiellement par des démangeaisons du nez, du palais et des yeux suivies par un larmoiement et un écoulement nasal aqueux.

Les manifestations cliniques des allergies sont dues à la libération massive de médiateurs comme l’histamine qui favorise, entre autre, la broncho-constriction et donc parfois la crise d’asthme ainsi que les inflammations liées à la vasoperméabilité des capillaires sanguins.

Causes et facteurs de risque

 

Le tabagisme, l’exposition prolongée à la fumée secondaire et la pollution industrielle sont souvent désignés comme les causes directes de l’augmentation de la fréquence des allergies dans la population des pays industrialisés. Cependant si le rôle de la pollution atmosphérique n’est pas négligeable, en particulier l’émission de particules par les moteurs automobiles, elle ne constitue pas la cause mais plutôt un facteur aggravant des phénomènes allergiques.

Ainsi, par exemple, on sait que les pollens d’aulne ou de bouleau se chargent dans l’atmosphère de diverses particules comme le silicium, l’aluminium ou le potassium qui potentialisent leur pouvoir allergisant. Par ailleurs, des polluants atmosphériques comme le dioxyde de soufre ou l’ozone augmentent aussi l’allergénicité des grains de pollen. D’autres causes plus profondes sont évoquées par certains auteurs. La plus plausible est l’hypothèse hygiéniste selon laquelle l’excès d’hygiène ou le fait de vivre dans un environnement de plus en plus aseptisé expliquerait l’augmentation du nombre de cas d’allergies au cours de ces dernières décennies.

Mais d’autres causes ne doivent pas être écartées: l’emploi excessif de molécules étrangères à l’organisme (colorants, conservateurs, médicaments…), le stress chronique et les déséquilibres alimentaires avec insuffisance d’apports en phytonutriments protecteurs apportés par les fruits et les légumes.

Les conseils de prévention

 

Le respect des saisons

En MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise) on considère que la rhinite allergique est toujours induite par un vent externe qui « attaque » le poumon à la faveur d’un « vide ». Ce vide énergétique provient principalement de 3 organes :le poumon, la rate et les reins. Si l’on veut minimiser les manifestations allergiques qui démarrent au printemps il faut consolider l’énergie du rein pendant l’hiver. Pour cela associer la prise de vitamine C naturelle (jus d’argousier, acérola, cynorrhodon) à la cure d’ASTRAGALE    (Astragalus membranaceus) ,une plante adaptogène majeure qui vise à restaurer l’immunité protectrice des muqueuses respiratoires.

Astuces au quotidien

  • ne vous frottez pas les yeux si vous avez des démangeaisons, rincez les abondamment avec de l’eau pure ou mieux avec un mélange d’hydrolats de camomille romaine et de plantain.
  • faites des lavages de nez au sérum physiologique ou au plasma de Quinton au mois 2 fois par jour.
  • Lavez vous les cheveux le soir pour ne pas être gêné la nuit par les pollens accumulés dans votre chevelure.
  • Avant une ballade en campagne vous pouvez protéger vos muqueuses nasales à l’aide d’une pommade spéciale..

Adopter une alimentation équilibrée

Réduisez votre consommation de protéines animales et de produits laitiers. Réduisez votre consommation de sucres raffinés qui épuisent les capacités de détoxication du foie et favorisent l’état d’acidose chronique favorable aux mécanisme allergiques.

Attention aux grignotages d’aliments sucrés à distance des repas qui fragilisent l’immunité des muqueuses. Boire suffisamment (environ 1 L d’eau par jour) et privilégiez les jus frais de carottes, persil et ananas.Veillez à un apport suffisant en acides gras essentiels (type oméga 3 et oméga 6) en utilisant au quotidien des huiles végétales de première pression à froid (olive,colza,carthame….) ou des graines de chia.  Les acides gras insaturés (AGI) sont indispensables pour rétablir l’ étanchéité des muqueuses intestinales et diminuer la production de composés médiateurs de l’inflammation et des allergies.

Le traitement naturel des allergies saisonnières

 

Les traitements médicaux conventionnels ayant une action limitée et souvent accompagnée d’effets indésirables, le recours à la phytothérapie et à l’utilisation raisonnée de suppléments nutritionnels s’avère être une voie particulièrement intéressante encas de rhinite allergique. En voici les principales étapes :

1/ Calmer les crises et soulager les symptômes.

L’huile essentielle d’estragon(Artemisia dracunculus) riche en chavicol methyl-éther aux propriétés antispasmodiques peut être appliquée localement au dessus de la lèvre supérieure face aux narines et sur les zones sinusales à raison de 2 à 3 gouttes, à répéter au besoin.Le plantain (Plantago lanceolata) est calmant et anti-allergique ; la recherche moderne lui a découvert des propriétés anti-histaminiques.

Nous le conseillons en gouttes sous forme d’extrait de plante fraîche à la dose d’environ 30 gouttes 3 fois par jour.Il est possible de lui associer l’extrait de Petasite (Petasites hybridus) dont l’efficacité est remarquable.

2/ Soutenir le fonctionnement des glandes surrénales

Les bourgeons de cassis (Ribes nigrum) sous forme de macérat glycériné 1D, par leur action« cortisone like » exercent un effet anti-inflammatoire durable.La prise se fera de préférence le matin à raison de 50 gouttes dans un peu d’eau.

3/ Le drainage hépatovésiculaire

La maitrise de la libération de l’histamine et le rétablissement d’une bonne circulation énergétique représentent l’axe central du traitement de fond des terrains allergiques. La prise régulière du complexe suivant à base d’extraits fluides :

Chardon-Marie+Fumeterre +Plantain (40 gouttes du mélange  deux fois par jour dans un peu d’eau)

3 semaines par mois et renouveler si besoin

Auquel on associe la combinaison de deux composés naturels particulièrement actifs :

– Le MSM ou méthylsulfonylméthane est un composé soufré naturel qui peut moduler le processus inflammatoire et allergique à différents niveaux.

– La quercétine est un flavonoïde que l’on trouve dans de nombreuses plantes comme l’oignon, les choux et le Sophora japonica : ses propriétés inhibitrices des leucotriènes et de certaines prostaglandines ( des agents médiateurs de l’inflammation) permettent la modulation de la réaction inflammatoire et la libération de l’histamine.

4/ La régulation et la tonification des fonctions immunitaires.

Notre expérience nous a montré que des résultats durables étaient obtenus par la prise régulière et saisonnière :

– L’huile de Nigelle ou cumin noir ( Nigella sativa) : extraite à froid des graines, cette huile est particulièrement riche en acides gras polyinsaturés. Selon le Dr Peter Schleicher , dans une étude sur plus de 600 personnes, 70% des sujets allergiques au pollen et à la poussière ont pu être largement soulagés.

– L’Astragale (Astragalus membranaceus). Cette plante fait partie des« grands toniques » de la pharmacopée traditionnelle chinoise utilisée pour tonifier les méridiens de la rate et des poumons. Parmi ses nombreuses propriétés : retenons son effet favorable sur le fonctionnement des glandes surrénales et sur l’immunité. Au niveau des muqueuses nasales , elle favorise la production d’anticorps protecteurs comme les IgA .

 

Gilles Corjon

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Gilles.Corjon
  • Date d'ajout: le 7 mai 2015