Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Le sable : un enjeu de taille pour l’environnement

logoLE CONSTAT :
Après avoir vu le film d’Arte « Le sable, enquête sur une disparition« , je suis, comme beaucoup, interpellé par ce sujet qui n’a jamais fait la une de l’actualité. Pourtant, le sable est omniprésent dans la vie moderne mais, il nous semblait être une ressource inépuisable.
J’ai pris conscience que nous l’utilisions beaucoup, trop certainement. Il est indispensable dans la construction, dans la fabrication du verre, des puces électroniques, du dentifrice,…C’est sans aucun doute dans la

construction qu’on trouve les plus gros utilisateurs avec les routes, les immeubles, les aéroports, les ponts, les centrales nucléaires,…
Il faut environ 200 tonnes de sable pour une maison de taille moyenne, 30000 tonnes par kilomètre d’autoroute, 12 millions de tonnes pour une centrale nucléaire, etc, etc…
Après avoir épuisé les carrières en tout genre, dragué les fleuves, l’homme, dans sa frénésie de développement,  imagine, à l’échelle de la planète, d’autres sources d’extraction. Et, c’est bien là le problème.
Il s’agit d’une ressource naturelle non renouvelable sauf à l’échelle géologique (centaine de milliers d’années). Depuis ces dernières années, on s’agite, particulièrement dans les milieux du BTP, pour trouver des solutions à la pénurie possible. Les prix commencent à flamber avec des augmentations récentes sur un an de l’ordre de 30 à 40%. On extraie donc à tout va.

– En Indonésie, 25 îles ont disparu suite aux forages en mer pour alimenter Singapour en sable pour la construction.
– A Dubaï, on a utilisé 150 millions de tonnes de sable, puisées au large des côtes de la ville, pour remblayer l’île artificielle « The Palm ».
– En Chine et en Inde, on construit des villes gigantesques gourmandes en béton.

En conséquence, on se tourne naturellement vers la mer, source que l’on croit inépuisable. Il y a toutefois un hic car il s’avère que l’extraction du sable sous-marin est très préjudiciable à l’écosystème pour 2 raisons essentielles :
-1/ En suçant le sable au fond, on fait des trous. Il s’ensuit que, sous l’action conjuguée des courants et des marées, le sable se retire progressivement des plages pour combler ces trous. C’est ce qui explique la disparition de certaines îles au large de l’Indonésie. De nombreux scientifiques confirment ce phénomène.

-2/ D’autre part, sous l’action violente des bateaux-usines, le fond des mers est raclé, détruisant la faune et la flore marine. A ce sujet, nous vous invitons à faire connaissance avec le « peuple des dunes ». cette association s’est battue avec succès pour faire reculer le groupe Laffarge dans son projet démentiel d’extraction à grande échelle au large de la Bretagne.

Voir la vidéo :

La France manque de sable! par Biodiversite

 

 

Enfin, il faut voir absolument ce documentaire exceptionnel d’Arte  (Arte+7).

PROCHAINE DIFFUSION SUR ARTE :
Date(s) de rediffusion : Lundi, 24 juin 2013, 09h00 + 7 jours avec ARTE + 7

 

DES PISTES POUR L’AVENIR :

Ne voulant pas rester sur ce constat, nous vous proposons, sans être des spécialistes en la matière, de réfléchir sur quelques pistes écologiques :

– La brique monomur est utilisée de plus en plus dans la construction. Elle est intéressante car elle est fabriquée à partir de l’argile, une matière première abondante.

– Le bois est le seul matériau de construction naturellement renouvelable et surtout renouvelé.

– La paille s’affirme comme une solution de construction performante, écologique et très économique. Depuis 2011, la filière s’est professionnalisée.

– Le béton végétal est un nouveau matériau d’éco-construction composé de fibres de chanvre (chénevotte), de roche volcanique (pouzzolane) et de liants à base de chaux aérienne.

– Le pisé est une technique ancestrale qui utilise la terre de proximité.

– La pierre qui pourrait être utilisée sans ciment (technique de construction des incas) se trouve souvent à proximité. Les constructions en pierre sont remarquablement intégrées au paysage.

Il est plus qu’urgent que nous soyons de plus en plus nombreux à être des Acteurs-Nature pour faire passer des informations au plus grand nombre.

Bernard Burlet

 

Pour avoir d’excellentes infos sur l’éco-construction : magazine « La maison écologique »

Pour ceux qui aiment bricoler écologique : La Maison de L’écologie

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 30 mai 2013