Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Si vous êtes enrhumé, soignez-vous naturellement

1b8c17c0c63a0a22d17b0a.L._V176929548_SY470_Jean-Luc Darrigol – La grippe est une chose, le rhume en est une autre, bien que ces maladies infectieuses aient une double parenté : toutes les deux sont d’origine virale (influenza pour la grippe, rhinovirus pour le rhume) et leurs symptômes ont certains points communs, en particulier au niveau des voies respiratoires. Mais le rhume est bien plus fréquent que la grippe.

            Le coryza      

Le coryza, souvent appelé rhume de cerveau, ou même tout simplement « rhume », est l’affection des voies respiratoires la plus courante. Il s’agit d’une infection virale, généralement apyrétique (non accompagnée de fièvre) avec une inflammation de l’ensemble des voies aériennes : nez, sinus, gorge, larynx, souvent trachée et bronches.

C’est un virus qui provoque le rhume (rhinovirus). Les recrudescences saisonnières du rhume sont caractéristiques, surtout l’hiver, mais on peut s’enrhumer en toutes saisons.

Le rhume est une maladie fortement contagieuse par simple contact, par exemple une poignée de mains avec une personne enrhumée, ou en respirant l’air chargé de virus dans un lieu fermé, ascenseur, magasin, bus, métro, train, avion … et les épidémies ne manquent pas. Les facteurs prédisposant sont :

Affaiblissement des défenses immunitaires.

Fatigue excessive et manque de sommeil.

– Stress, surmenage.

– Surcharge pondérale.

Les risques de complications sont multiples (otites, sinusites, bronchites) et il convient par conséquent de prendre au sérieux cette affection qui semble banale mais qui ne l’est pas.

Le rhume est souvent le signe d’un affaiblissement de l’organisme, en particulier chez les personnes immunodéprimées, une alarme à ne pas négliger.

Le début d’un rhume est brutal, après une courte incubation de 1 à 3 jours. La maladie commence par une gêne nasale (le nez pique), suivie de plusieurs symptômes simultanés :

Ecoulement nasal abondant, clair, comme de l’eau.

– Frissons, céphalée.

               – Impression de malaise, fatigue soudaine.

               – Mal de dos, jambes douloureuses.

Les fortes secrétions nasales durent 1 à 2 jours. Elles irritent la muqueuse du nez ainsi que la peau des lèvres et du sillon naso-labial. Parfois les conduits lacrymaux sont gonflés, et des larmes coulent en abondance. Les yeux eux-mêmes peuvent être enflammés.

Au bout de 24 à 36 heures, l’écoulement nasal devient purulent : il s’épaissit de plus en plus, d’abord de couleur jaunâtre, puis verdâtre. Cette purulence nasale n’indique pas une surinfection. Elle est normale. Mais l’inflammation de la muqueuse nasale peut descendre dans les voies respiratoires et provoquer une pharyngite, une laryngite, une bronchite, le signe de celle-ci étant caractérisé par l’apparition d’une toux. Des expectorations purulentes indiquent une surinfection bactérienne. Pour éviter toute complication, il faut soigner le rhume, mais C’EST INUTILE DE PRENDRE DES MÉDICAMENTS, EN PARTICULIER DES ANTIBIOTIQUES.

            Soins naturels :

Soins naturels que je préconise en cas de rhume :

– Environnement chaud pour éviter les complications.

– Repos, en particulier en cas d’état fébrile.

– Alimentation réduite, principalement des potage de légumes.

– Effleurage des ailes du nez avec un crayon de menthol. A défaut, avec une goutte d’huile essentielle de menthe (1 seule goutte suffit).

– Inhalation matin et soir avec de l’eau bouillante dans laquelle on incorpore 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radiata et dispersion dans la maison de celle-ci avec un diffuseur d’HE.

– Respiration d’un mouchoir imbibé d’huile essentielle de niaouli.

– Infusion de fleurs pectorales : mauve, violette, bouillon blanc, tussilage, pied de chat, sucrée au miel de thym.

– Boire du jus de citron chaud avec un bâton de cannelle.

– Prendre 3 comprimés d’acérola par jour, source de vitamine C.

– Prendre du sirop à la propolis le matin au lever et le soir au coucher, et mâcher de la propolis dans la journée.

– Prendre des gélules de shiitake dès l’apparition des premiers signes, et pendant un mois, ensuite, pour renforcer le terrain en stimulant l’organisme pour que celui-ci prenne le dessus, afin de ne pas rester en état de fragilité immunitaire, porte ouverte à d’autres affections. Quant aux personnes à risque (âgées, immunodéprimées, fatiguées, physiquement et nerveusement, surmenées) je leur conseille vivement de faire une cure préventive de shiitake à l’entrée de l’hiver.

En résumé, pour les soins d’un rhume, NE PAS PRENDRE DE MÉDICAMENTS (ET SURTOUT PAS D’ANTIBIOTIQUES) mais suivre un protocole simple, alternatif, à base de produits naturels. C’est une question de bon sens.

Jean-Luc Darrigol

Ecrivain-Editions Dangles

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES AUTRES SOLUTIONS NATURELLES EFFICACES :

– Renforcer l’organisme contre les refroidissements hivernaux : article de Gilles Corjon

– Les tisanes de l’hiver par Gilles Corjon

Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 16 octobre 2013