Acteur-Nature.com - Décrypter le monde du bio grâce aux experts et aux consommateurs

Claudine Luu, experte en plantes médicinales

imagesClaudine Luu est sûrement la personne en France qui a su réserver à l’emploi des plantes médicinales une place digne et importante dans le domaine de la thérapie. Elle aurait pu suivre la voie royale des thérapies médicamenteuses actuelles, puisque sa formation l’y conduisait, ou occuper un poste important dans un secteur pharmaceutique « de pointe » et

en être la directrice de recherche ; mais sa volonté fut tout autre : c’est au domaine des médecines naturelles qu’elle consacre sa vie.

Sa vie, son oeuvre :

Claudine Luu est née en 1941 dans l’Aveyron, a été directrice du laboratoire du Sud-Est de 1969 à 1972, chargée de recherche à la faculté de pharmacie de Montpellier, au laboratoire de physique appliquée à la biologie, dirigée par le professeur Bardet, pour le compte du laboratoire Boiron de 1974 à 1979. C’est en 1974 qu’elle publie avec Vin Luu son conjoint une thèse sur « la mémoire de l’eau » formulée bien avant les travaux du professeur Jacques Benveniste.
Bien qu’elle soit un érudit dans tout le domaine de l’homéopathie, c’est le monde des plantes médicinales qui l’a toujours fasciné.
C’est avec un zèle extraordinaire et un soin non moins remarquable qu’elle s’est efforcée de surprendre les énigmes et merveilleuses vertus des simples et d’en expérimenter les immenses propriétés dépuratives et curatives.
Avec une force convaincante et un enthousiasme contagieux, elle a pris position, par la parole et les écrits en faveur de ces « simples de la pharmacie du Bon Dieu ».

En créant une école de phyto-aromathérapie en 1974, puis une entreprise de produits naturels en 1988, elle a contribué à relancer la médecine par les plantes aussi bien chez les profanes que dans les cercles médicaux.
Actuellement, ce sont des centaines de personnes qui ont suivi les cours de l’école IMDERPLAM près de Montpellier où Claudine en compagnie de son époux ( décédé en 2012) ont transmis un enseignement de très haut niveau dans le domaine des plantes médicinales.

 

On avait oublié les plantes !

Si le recours aux plantes connaît en ce moment un essor significatif, si les recherches sur les plantes médicinales et leur utilisation thérapeutique intéressent chaque jour d’avantage de médecins, ce renversement est incontestablement dû, en grande partie, à l’influence de l’école de formation fondée par Claudine Luu.

La médecine n’a-t-elle pas commis une grande faute en jetant par-dessus bord, ces dernières années, toute la phytothérapie qui avait pourtant un si glorieux passé ?

Désormais, c’est le triomphe de l’industrie chimique et pharmaceutique. Cette dernière connait une extension considérable, s’efforçant d’isoler les principes actifs, recommandant aux médecins des molécules pures. Ces préparations très actives, bien souvent, ne sont pas en parfaite harmonie avec l’équilibre général de notre corps.
Par le biais d’une communication très soutenue, les laboratoires pharmaceutiques ont doté le corps médical de médicaments qui rendent les ordonnances « faciles ».
A cause de cela, l’intérêt pour le traitement par les plantes, si familier aux médecins de famille d’antan, a peu à peu disparu. Ainsi l’accès aux remèdes artificiels a-t-il été grandement facilité permettant leur diffusion à grande échelle.
L’usage des plantes, pourtant éprouvé depuis la naissance de l’humanité, a été tourné en dérision et assimilé à de simples « remèdes de bonne femme ».
On considéra comme surannées, pour ne pas dire sans valeur, les vertus des plantes qui avaient prouvé leur efficacité et leur totale innocuité depuis fort longtemps. Peu à peu, elles disparurent des rayons des pharmacies.
La vogue des médicaments s’est propagée de fâcheuse manière, imposant des produits tellement actifs qu’ils peuvent mettre en péril la vie de celles et ceux qui les consomment. Les adversaires de la phytothérapie ne songent pas une seule seconde que la plante est souvent un composé complexe, bien différent du produit chimique brut qu’ils préconisent et qu’elle recèle une puissance thérapeutique moins agressive et souvent beaucoup plus efficace.
La vérité est que la nature, qui est un véritable laboratoire chimique, bien plus complexe que ceux dont se sont dotés les hommes, délivre ses molécules gratuitement, sous forme de plantes médicinales ; peut être est-ce pour cette raison qu’elle ne trouve pas grâce aux yeux de ceux qui n’envisagent que la rentabilité économique.

Claudine Luu fait partie de ces chercheurs passionnés de vérité qui, plutôt que d’avoir à travailler dans les laboratoires scientifiques modernes, ont voué leur vie au plus vaste labo qui soit : celui de la nature qui nous environne !

Un incomparable savoir botanique très scientifique

Actuellement, de nombreux médecins l’ont rejointe et, ensemble, ils s’emploient activement à explorer les propriétés curatives des plantes pour le plus grand bien des malades.
Un juste revirement des choses qui doit se produire, car on assiste à une telle dégradation de notre environnement que sauver notre patrimoine végétal devient urgent ; peut être est-ce par la redécouverte des plantes médicinales que nous pourrons y contribuer.
Cependant, dans le domaine des médecines dites « naturelles », seules des personnes rigoureusement formées pourront s’y employer.
Grâce à Claudine Luu, nous avons à disposition un savoir de plusieurs décennies d’études et d’expérimentations. Nous sommes à peu près sûr qu’elle pourrait affirmer comme Sébastien Kneipp son illustre prédécesseur du XIXè siècle « Durant de longues années, j’ai expérimenté, séché, haché, fait bouillir, goûté. Pas la plus petite plante, pas une poudre que je n’ai moi-même essayée et trouvée bonne. Je souhaite que les Vieilles plantes soient remises à l’honneur. »

En effet, Claudine Luu parle aux plantes ; ce sont ses amies, et si vous la suivez dans les champs, les prés et les bois, il n’en est aucune qui échappe à sa vigilance et à ses sens toujours en éveil. Claudine Luu est une « chamane » des temps modernes ; la botanique n’a pas de secret pour elle et sa modestie toute naturelle nous fera bien vite oublier qu’elle est « une scientifique » de très haut niveau comme le fut son époux dont nous parlerons prochainement.

Sa joie a toujours été de partager son incomparable savoir et si vous lui demandez de quoi elle est la plus fière aujourd’hui, elle vous parlera sans nul doute de son « école des plantes » à laquelle elle a consacré les plus belles heures de son existence.

Roland Reymondier
Ecrivain, conseiller en produits de nutrition

 

– Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus, nous vous convions à lire les ouvrages suivants écrits par Claudine Luu :   Site IMDERPLAM

-Tout savoir sur l’école IMDERPLAM


Quelques informations sur la page :

  • Auteur: Bernard.Burlet
  • Date d'ajout: le 28 février 2014